SPÉCIAL RENTRÉE. Septembre 2005 N 27. SOMMAIRE p. 6 Le secteur jeunesse Les écoles p. 7 La vie des associations Divers p. 8 Agenda

Description
Septembre 2005 N 27 SPÉCIAL RENTRÉE Boum du Conseil Municipal Junior du 25 juin Randonnée du 3 juillet Travaux du contournement autoroutier d Angers p. 2 Edito p. 3 Vie municipale

Please download to get full document.

View again

of 8
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Information
Category:

Food & Beverages

Publish on:

Views: 7 | Pages: 8

Extension: PDF | Download: 0

Share
Transcript
Septembre 2005 N 27 SPÉCIAL RENTRÉE Boum du Conseil Municipal Junior du 25 juin Randonnée du 3 juillet Travaux du contournement autoroutier d Angers p. 2 Edito p. 3 Vie municipale p. 4 et 5 La gestion des déchets SOMMAIRE p. 6 Le secteur jeunesse Les écoles p. 7 La vie des associations Divers p. 8 Agenda SÉCURITÉ ET VANDALISME EDITORIAL Comme toute commune, Saint Lambert est confrontée à des problèmes de sécurité, autant des personnes que des biens. Les élus de la commission sécurité, et quelques uns d entre vous qui participez au comité «Mieux vivre à St Lambert» sont interpellés régulièrement sur ces sujets. Dans certains domaines, par une programmation des travaux, il est possible d agir à court terme ou à long terme : sécurité routière, sécurité des bâtiments ; par contre dans d autres il est difficile de prévenir lorsqu il s agit de détérioration des locaux, du vandalisme, du vol. Sur le premier point, depuis plusieurs années, des aménagements successifs ont eu pour but de diminuer la vitesse des voitures : zone 30 km/h au centre bourg, rond-point de la zone artisanale, aménagement de l entrée du bourg rue des Potiers face au cimetière, signalisation nouvelle. D autres aménagements : rondpoint rue des Landes à l entrée du nouveau lotissement du Grand Pré, rond-point permettant de desservir la future zone industrielle de l Atlantique viendront compléter ces équipements. Tous ces aménagements ont un coût. Question? faut-il toujours dépenser plus pour contraindre les automobilistes et motocyclistes à rouler moins vite sachant que ceux qui n ont pas de «conduite citoyenne» rouleront toujours aussi vite ou prendront un itinéraire moins contraignant qu il faudra alors aussi aménager? Sur le second point qui est la protection des biens, Saint Lambert n échappe pas, malheureusement, aux détériorations des équipements mis à disposition de tous. Que ce soit dans les bâtiments communaux, les aires de jeux, le mobilier urbain, des actes répétés et gratuits de casse finissent par avoir un coût supporté par toute la population. Au mois de juin, la salle de sport, les vestiaires de foot, la salle communale, les écoles élémentaire et maternelle Félix Pauger ont subi d importants actes de vandalisme (chiffrés à ). Grâce à la présence d esprit d un riverain qui n a pas hésité à alerter M. le Maire, les auteurs ont pu être identifiés par la gendarmerie. Ces derniers avaient déjà sévi dans plus de vingt communes. Nous ne pouvons que dire merci à cette personne qui a permis d arrêter des jeunes qui n auraient pas hésité à continuer leurs méfaits ailleurs. Elle a aussi rendu service à ces derniers en les arrêtant dans la spirale du vandalisme. Etre témoin d un tel acte et ne rien dire, c est être complice et en permettre la répétition. Souvent, nous élus, sommes mis devant le fait accompli. Il est alors impossible de trouver les responsables des méfaits. A chaque fois, la commune porte plainte auprès de la gendarmerie, plainte classée sans suite par le procureur puisque les auteurs ne sont pas identifiés. Alors, soit les employés communaux réparent, soit les élus font appel aux entreprises. Au final, nous arrivons à des coûts non négligeables supportés par le budget communal, budget alimenté par chacun de nous. La commune fait un maximum d efforts dans le domaine de la sécurité des bâtiments et des autres équipements. Des organismes de contrôle et les employés communaux en assurent un suivi régulier avec réalisation des travaux nécessaires. Cette année la mise aux normes de l installation électrique de l église ainsi que la pose d un éclairage de sécurité font que maintenant tous les bâtiments communaux répondent, à ce jour, aux normes de sécurité. Parfois le constat est amer, malgré tous les efforts faits, des équipements deviennent dangereux par un non respect des règles d utilisation. L exemple des aires de jeux est frappant : jeux utilisés par des grands alors qu ils sont réservés aux petits, dégradation. Faut-il pour cela arrêter l installation de jeux? Vivre ensemble suppose que chacun respecte les équipements mis à sa disposition et s en sente responsable. Jacky Nioche 2 La salle omnisport Le conseil municipal avait prévu dans les orientations budgétaires, une rénovation et un aménagement de la salle omnisport (modification de l accueil et agrandissement des rangements). Un appel d offre pour un budget de de travaux avait été ouvert, et l architecte choisi en novembre dernier. En avril, l ensemble des sections de l Entente Sportive remet en cause ce projet, qui ne répond plus à leurs attentes. Leur demande prioritaire est la construction d une seconde salle, afin de répondre aux manques de créneaux actuels pour le développement de leurs disciplines. Fin juin, le conseil municipal a décidé de poursuivre le projet actuel et d étudier la création et le financement d une seconde salle. Le projet actuel devrait aboutir en 2007 (la suspension temporaire du projet ayant retardé les demandes de subventions), mais la construction de la nouvelle salle ne pourra être programmée que sur un prochain mandat électoral, après avoir évalué son coût et son financement. Le contournement autoroutier d Angers (A 11 ) Tout d abord quelques rappels de la lettre A 11 de mai 2005 puisque l avancement des travaux va de nouveau modifier la circulation vers et au départ de St Lambert. Fermetures de routes - Le VC 6 (St Lambert -St Jean de Linières) sera fermé à toute circulation entre «Troussebouc» et la desserte des «Buissons» (du au ) pour la réalisation du pont enjambant l autoroute. - Le VC 3 sera définitivement fermé entre l autoroute et les «5 Routes» à partir du 15 octobre 2005 Ouvertures de routes - La route RD 56 (St Lambert - St Clément) sera réouverte à la circulation entre «La Fessardière» et les «5 Routes» à partir du 15 octobre La sortie du lotissement de «La Pâquerette» vers la route de la Meignanne est en cours de réalisation. - Début octobre un chemin passant sous l autoroute permettra aux seuls piétons et cyclistes de rejoindre Beaucouzé et St Jean de Linières par le chemin de «Mallerie». Relais assistantes maternelles : le conseil municipal approuve la convention passée avec les communes de Bouchemaine et Beaucouzé pour la mise en place d un RAM à compter du 15 septembre La réalisation du Parc d Activité de l Atlantique sur Saint Jean de Linières et Saint Léger des Bois a été l occasion pour notre commune de demander des études sur la circulation et le bruit actuels et futurs sur la RD 963 (dite route de Bécon Les Granits). Une note détaillée avec plan a été distribuée aux habitants des Ecots qui ont été invités à une réunion spécifique sur ce sujet le vendredi 9 septembre En résumé, il faut retenir 3 points : a) Les études définissant l impact de la future zone d activités ne montrent pas d évolution significative du bruit perçu par les habitants des Ecots, b) Les évolutions du trafic de la RD 963 (qui a triplé en 25 ans) dépendent de l urbanisation des 3ème et 4ème couronnes d Angers mais un doublement en une génération est prévisible (sauf crise pétrolière majeure), c) La loi actuelle ne met aucune obligation d isolation phonique à la charge des collectivités (Angers Loire Métropole pour le parc d activité ou le Département pour une route existante dont la circulation s accroît). - Etang de l Aubriaie aménagement : les plantations seront réalisées dès l automne. - Le parcours Bi-cross près de l étang de l Aubriaie est terminé. - Les travaux de la nouvelle station d épuration ont débuté. Ils se dérouleront sur un an. La réalisation de mini-pieux, indispensables pour ancrer la nouvelle station, sera source de bruit, mais limitée dans le temps (deux semaines). - Le pré-fabriqué de l école Félix Pauger a été démoli. La cour a été refaite ainsi que la clôture. - Les travaux de réparation de la voirie dans le centre bourg et les voies communales sont en cours. 3 Conseils municipaux Réunion du 4 juillet 2005 Le merlon des Ecots Eclairage public : rénovation de candélabres au domaine des Ecots et à la Pré Madame : le conseil municipal décide de participer au financement des études et travaux sur le réseau d éclairage public pour un montant de ,52 euros TTC. Dans un tel contexte, la commune a pris une autre initiative et obtenu que l Agglomération d Angers propose aux 15 riverains de la route de Bécon de réaliser sur leur terrain un merlon avec les déblais de la zone d activité en incluant la dépose et repose des clôtures existantes. Les plantations futures seraient à la charge des propriétaires et aucune limite de propriété ne serait modifiée (personne ne perdrait un seul m 2 ). Pour qu une telle réalisation soit efficace, il faut l unanimité des propriétaires concernés car, sinon, un merlon discontinu n aurait pas d effet antibruit et il serait préférable de conserver la situation actuelle. La décision sera prise prochainement par chacun des 15 propriétaires concernés. Le 13 septembre, 9 propriétaires sont pour et 5 contre. Débat à suivre. PS : La question ayant été posée, la RD 105 qui arrive à l actuel carrefour des Landes ayant un trafic 6 fois plus faible que celui de la RD 963, n est pas à prendre en compte dans les études de bruit puisqu elle ne génère pas plus de bruit que la rue auprès de laquelle chacun de nous habite. Les travaux actuels sur la commune - La remise des clés aux locataires des maisons de l opération «Mieux vivre son âge» (près de l église) se fera le 15 octobre prochain. - Lotissement du «Grand Pré» : l appel d offre pour la réalisation des 14 locatifs est lancé ; leur construction devrait commencer avant la fin de l année. Quelques lampadaires seront installés rue du Grand Pré et impasse des Saules au mois de novembre, les travaux de voirie définitifs étant programmés pour septembre Nous souhaitons la bienvenue aux 7 familles nouvellement installées. VIE MUNICIPALE LA GESTION DES DÉCHETS une LA GESTION DES DECHETS La gestion du traitement des ordures ménagères est un dossier important et d actualité : dans les 5 ans à venir, Angers Loire Métropole va investir plus de 100 millions d euros dans de nouvelles installations de traitement qui prendront le relais de l usine d incinération de la Roseraie qui fermera définitivement début Le dossier ci-joint est extrait d un document plus complet consultable en mairie ou sur le site internet de la commune. L objectif est de présenter très synthétiquement la stratégie retenue par Solliciter tous les avis Afin d accompagner les réflexions du comité de pilotage, Angers Loire Métropole a choisi de créer un comité d experts indépendants pour que la réflexion de la collectivité devienne l opportunité d un débat et profite aussi d avis extérieurs et impartiaux. Réduire le gisement L orientation choisie par Angers Loire Métropole est de diminuer la quantité de déchets à traiter par tous les moyens. Cela passe d abord par une politique ambitieuse en matière de prévention des déchets, également par le développement de la collecte sélective et des apports en déchèteries. Valoriser les déchets Le développement durable implique la préservation des ressources naturelles grâce à la valorisation des déchets par recyclage. L exploitation de la Fraction Fermentescible des Ordures Ménagères (F.F.O.M) peut produire du gaz méthane, du compost et, les déchets ultimes à haut pouvoir calorifique, de l électricité par incinération. l agglomération d Angers et les principales variantes actuellement étudiées. Le choix final prendra en compte la fiabilité des technologies retenues, le coût global (investissement et fonctionnement) et l évolution prévisible du coût de l énergie. La démarche d Angers Loire Métropole Recyclage et valorisation énergétique finalité ou facilité? Pour certains, l incinération ne favorise pas le tri sélectif car l amortissement d une UIOM est tributaire du volume incinéré. Pourtant, les japonais trient autant que possible et les déchets ultimes sont incinérés sans que cela paraisse contradictoire avec leur conviction environnementale, tout comme en Suisse. Il n y a pas de mode de traitement incompatible avec le développement du tri sélectif car c est un choix politique. En prônant la maîtrise des tonnages à traiter, les équipements sont dimensionnés en conséquence et la collectivité s impose une réduction du gisement par la prévention et le recyclage. Tous les grands pays industrialisés font face à une production croissante de déchets. Certains états d Europe du Nord à forte sensibilité environnementale ont développé des filières de recyclage pour diminuer la quantité de déchets. En parallèle, les moyens de traitement de ces derniers (enfouissement ou incinération) sont régulièrement modernisés pour répondre aux exigences environnementales. La France a pris du retard sur ces mêmes sujets au cours des 20 dernières années. Aujourd hui, à horizon proche (entre 5 à 10 ans), elle doit faire face selon les régions à une pénurie de solutions de traitement. La gestion de la Fraction Fermentescible des Ordures ménagères (FFOM) Les ordures ménagères résiduelles contiennent une partie de déchets organiques qui peut se dégrader naturellement. On l estime en moyenne à environ 25 % du poids total de la poubelle (hors papiers et cartons qui sont recyclés). La FFOM peut être collectée sélectivement ou séparée mécaniquement pour être valorisée sous forme de compost et produire du gaz par méthanisation. La collecte sélective propose de stocker de manière séparée les déchets fermentescibles (reste de repas, ) afin de pouvoir les traiter de manière optimale. Cela nécessite une poubelle supplémentaire à domicile et une collecte supplémentaire. Le Tri Mécano Biologique (TMB) sépare industriellement l essentiel de la FFOM d une collecte de déchets ménagers. Le TMB engage un traitement sur tout ou partie du gisement et il en résulte des refus (autres déchets que la partie fermentescible) qu il reste à traiter. ETATS RECYCLAGE INCINERATION STOCKAGE France 20 % 31 % 49 % Allemagne 43 % 19 % 38 % Suède (1997) 23 % 40 % 37 % Danemark 30 % 56 % 14 % Pays-Bas 45 % 42 % 13 % Suisse 44 % 49 % 7% 4 même problématique, des approches distinctes Trois familles de scénarios ont été étudiées à ce jour par le comité de pilotage Lexique : - UIOM : Unité d Incinération des Ordures Ménagères - FFOM : Fraction Fermentescible des Ordures Ménagères - CSDU : Centre de Stockage des Déchets Ultimes (nouveau nom pour les décharges). Ils sont classés en 3 catégories : 1ère catégorie : réservé aux déchets toxiques 2ème catégorie : pour des déchets ménagers ou industriels banals 3ème catégorie : déchets inertes (gravats, ) Scénario 1 : valorisation énergétique à 100 % Principe du scénario 1 C est le schéma qui privilégie la valorisation énergétique pour l ensemble des déchets collectés. Les ordures ménagères résiduelles (quantité restante à traiter), sont dirigées vers une Unité d Incinération des Ordures Ménagères qui les valorise en énergie électrique. Etude à venir : Le choix entre l incinération classique (bien maîtrisée technologiquement) et la thermolyse (dont les seules usines en fonctionnement pour les ordures ménagères sont au Japon) reste à faire. Scénario 2.1 et 2.2 : valorisation organique et énergétique Principe des alternatives - scénarios 2.1 et 2.2 Ils étudient la prise en compte de la FFOM soit par collecte sélective, soit par Tri Mécano Biologique (TMB). Les autres déchets résiduels qui ne peuvent être valorisés et les refus sont incinérés. Si la FFOM issue d une collecte sélective est de meilleure qualité car non mélangée, sa quantité reste tributaire de la participation citoyenne. On estime une participation des habitants vivant en habitat pavillonnaire de 50 % et un ratio de 64 kg/hab./an Scénarios 3.1 et 3.2 : valorisation organique et enfouissement Principes des scénarios 3.1 et 3.2 Ces projections envisagent une valorisation de la FFOM et l enfouissement des déchets ultimes. De la même manière, 2 hypothèses sont explorées, une collecte sélective des bio déchets ou un tri mécano biologique. Comme la réglementation du stockage de déchets implique la dégradation de la matière organique, une phase de stabilisation d une partie des déchets devient incontournable. Pour ces 2 scénarios le bilan énergétique est négatif car l énergie nécessaire à la filière est supérieure à celle générée. La stabilisation L enfouissement de matières organiques génère par leur dégradation des lixiviats (rejets liquides) qui en s écoulant accumulent les polluants contenus dans les déchets et du méthane. La stabilisation consiste à dégrader cette fraction organique avant enfouissement pour limiter la production de lixiviats et de méthane. (Ce dernier sous cette forme agit sur l effet de serre de manière 20 fois supérieure au dioxyde de carbone). La méthanisation C est un procédé anaérobique (en absence d oxygène) de dégradation de la matière fermentescible qui produit du méthane valorisable (biogaz). Le digestat peut également être valorisé en compost. Ces deux dernières réflexions impliquent la création de Centres d Enfouissement de Déchets Ultimes. Les projections ont permis de déterminer les volumes à environ T par an. Afin de rechercher les surfaces de stockage nécessaires sur le bassin de vie d Angers Loire Métropole, les besoins ont été caractérisés de la manière suivante : Les études à venir - Volume T/an - Durée d exploitation 20 ans - Hauteur maximale de stockage 10 m Pour 1 centre : 25 à 30 hectares + bande périphérique de 200 m Pour 2 centres : 15 à 25 hectares x 2 + bande périphérique de 200 m Pour 3 centres : 10 à 15 hectares x 3 + bande périphérique de 200 m LA GESTION DES DECHETS 5 SECTEUR JEUNESSE Foyer des jeunes : l été 2005, chantiers de jeunes, camp de jeunes Cet été, dix jeunes de 15 à 18 ans sont partis en camp au Croisic du 11 au 15 juillet sous la responsabilité de 2 animateurs. Ce camp fut réalisé, notamment grâce à l élaboration d un chantier. Le principe du chantier consistait à effectuer des travaux sur le terrain de bosses (pour vélos) : nettoyage, jardinage. Le chantier se déroulait en demi-journées de 3 heures, rétribuées 15 euros par jeune, par la municipalité. Cette somme fût divisée en 2 parts égales. 50 % de la somme servit à l avancée du projet de groupe et 50 % à la déduction de la participation des familles au départ du camp. Durant le camp, nous sommes allés visiter l Océarium du Croisic où nous avons pu admirer toutes sortes de poissons (requins, ) mais encore des manchots, tortues, pieuvres, Puis, nous avons effectué une randonnée vélo, nous sommes partis du Croisic pour rejoindre La Baule, où nous avons pu profiter de la belle plage, d une mer très fraîche, ainsi que d un bon restaurant avec d excellents fruits de mer, situé sur le port de Pornichet. Bien évidemment, les journées étaient en partie consacrées à la baignade (piscine, crique, mer) et le soleil fût de la partie toute la semaine : lunettes et crème solaire étaient les bienvenues! Les jeunes furent satisfaits et seront prêts à renouveler l expérience pour une nouvelle destination l été prochain. Bonne rentrée à toutes et à tous SECTEUR JEUNESSE Le Centre de Loisirs Sans Hébergement : «Les Petits Futés» Le centre de loisirs Les Petits Futés a accueilli cet été les enfants de 4 à 11 ans. Une équipe dynamique et diplômée leur a proposé diverses animations (activités manuelles, sportives, jeux extérieurs, sorties, piscine, pique-nique, goûter avec les parents, veillée, spectacle, Holly Park, Récré A Môm,...). De plus, deux journées et un camp ont été ouvert aux ans (accro branche, Laser Game, piscine, parc d attraction L Arche, raid kayak...) pour leur plus grand plaisir. Quatre mini camp ont permis à une cinquantaine d enfants de découvrir un autre environnement et les joies du camping : grand air; équitation; découverte des ânes, de l apiculture et La rentrée 2005 montre une stabilité des effectifs scolarisés dans les écoles de St Lambert : 302 contre 300 à la rentrée Rentrée 2004 Rentrée 2005 Ecole maternelle Félix Pauger Eco
Related Search
Similar documents
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks