Rebondir à Volodga : coordination public-privé et résilience d'une économie régionale dominée par l'acier

Description
Rebondir à Volodga : coordination public-privé et résilience d'une économie régionale dominée par l'acier

Please download to get full document.

View again

of 16
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Information
Category:

Resumes & CVs

Publish on:

Views: 14 | Pages: 16

Extension: PDF | Download: 0

Share
Tags
Transcript
  J.Vercueil Etude de cas « Rebondir à Vologda » Doc. De travail, ne pas citer SVP « Rebondir à Vologda (Russie). Coordination public-privé et résilience d'une économie régionale dominée par l'acier » Situation :   Conseil aux représentants d’une administration territoriale de Russie aux prises avec la gestion des conséquences locales de la crise économique et financière mondiale de 2008-2009. Problématique : Quels partenariats public-privé peut-on développer à moyen terme pour améliorer la résilience d’un territoire fortement dépendant d’une mono -industrie lourde internationalisée ? Intérêt pédagogique du cas : Sujet relevant d’une actualité mondiale.  Contexte géo-économique et institutionnel éloigné des références quotidiennes des étudiants : sensibilisation aux problématiques comparatistes. Articulation local-global par le biais de la structure industrielle d’un territoire.   Articulation entre les logiques d’actions et les modes de coordination publics et privés. Permet une première approche pratique des problématiques liées aux transformations produites par la « transition ».  J.Vercueil Etude de cas « Rebondir à Vologda » Doc. De travail, ne pas citer SVP Etude de cas ouvrage collectif « Entreprises, territoires et Management »- Projet J. Vercueil « Rebondir à Vologda (Russie) : coordination public-privé et résilience d ’ une économie régionale dominée par l ’ acier » L ’oblast’ (l a région) de Vologda est située dans le district fédéral Nord-Ouest de la Russie ( document 1 ). D’une superficie de 145700 km², elle abrite 1,2 millions d’habitants sur les quelques 140 millions que compte la Fédération de Russie au début des années 2010. Ses deux principales villes sont Tcherepovets (310000 habitants) et Vologda (capitale administrative de l’oblast’, 290000 habitants) distantes de 160 kilomètres d’une de l’autre. Les autres villes importantes (Sokol, Veliky Ustiug, Cheksna) ne dépassent pas 45000 habitants. La région de Vologda a une riche histoire. Elle représente le cœur de la vieille Russie. Vologda aurait même été un temps pressentie par Ivan le Terrible pour devenir capitale de son État. De nombreux monastères orthodoxes, dont certains sont cla ssés au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, témoignent de l’ancienneté de l’attraction qu’exercent sur les hommes  ces grandes étendues forestières, traversées par de larges rivières, qui caractérisent la région. Les pôles économiques de la région Au sein de l’oblast’  ( document 2 ), la ville de Vologda assume aujourd’hui l’ensemble des responsabilités administratives et politiques liées à son statut de capitale régionale. Ses infrastructures et ses activités industrielles, commerciales et de services en font l’un des deux pôles économiques de la région. Son patrimoine lui confère aussi une importance culturelle particulière (Kremlin, églises, monastères et maisons bourgeoises, musées et monuments utilisant la pierre et le bois, matériau abondant dans la région). Son artisanat textile, lié à la dentelle, est connu largement au- delà des frontières de la Russie. A l’échelle nationale, Vologda est une région connue pour son beurre et ses produits laitiers. L’autre pôle économique régional est la ville de Tcherepovets. Créée à la fin du XVIII ème  siècle, la ville a dû son développement initial à sa localisation le long du canal Mariinsky (1810), qui permettait de relier Saint Pétersbourg et la Mer Baltique par bateaux à vapeur. Toutefois, en 1863, elle ne compte encore que 3300 habitants. En 1935, l ’édification voulue  par Staline du « réservoir Rybinskoe » sur la Volga modifie complètement le potentiel industriel de la région. Achevé en 1947, c’est le plus grand lac de barrage du monde à son époque, qui alimente la centrale hydroélectrique de Rybinsk. Un nouvel essor survient au sortir de la deuxième guerre mondiale : le pouvoir soviétique planifie alors la construction à Tcherepovets d’un immense combinat sidérurgique desservi p ar des magistrales ferroviaires et fluviales, des pipelines et des axes routiers à forte capacité. Le complexe de Tcherepovets reçoit son minerai de la péninsule de Kola , son charbon des gisements de Pechora et de Kouznets , son gaz naturel du bassin aval de la Volga, de la république des Komi et  J.Vercueil Etude de cas « Rebondir à Vologda » Doc. De travail, ne pas citer SVP de la Région de Tioumen (distants de 315 à 3400 kilomètres du site). Le premier haut fourneau du complexe entre en fonction en 1955 ; dans les décennies suivantes Tcherepovets deviendra l’un des principaux centres de production d’acier de l’URSS. La structure de l’économie  régionale Aujourd’hui, l’indu strie de la région reste dominée par deux géants de la métallurgie dominent : Severstal   ( document 3 ) et  AO ChSPZ  , ainsi que par deux entreprises de chimiques (  Ammophos  et  Azot ( document 4 )) qui produisent des engrais chimiques, de l’acide sulfurique, de l’ammoniaque et de l’urée  ( document 5 ). La production industrielle par habitant est deux fois plus élevée dans la région de Vologda que dans la moyenne de la Fédération de Russie et place l’oblast’ parmi le s quatre régions les plus industrielles du pays. Les autres industries importantes sont liées à la filière bois- papier et, dans une moindre mesure, à l’agro -alimentaire. Les quelques entreprises de construction mécanique qui ont réussi à survivre à la grande crise des années 1990 se sont restructurées sous la forme de PMI et fournissent aujourd’hui une production de bonne qualité à destination de clients civils et militaires (exemple : l’usine de mécanique et d’optique de Vologda).  Les activités tertiaires sont assurées pour une grande part par les administrations et entreprises publiques, ou par des entreprises privées de petite taille (commerce et services aux particuliers). La caractéristique principale de l’économie de la région de Vologda reste tout de même sa concentration : la production industrielle, concentrée essentiellement dans les secteurs de la métallurgie et de la chimie lourde, compte pour près du tiers du PIB régional ( documents 6 et 7 ). Le commerce extérieur est lui aussi étroitement lié aux performances de ces deux secteurs ( documents 8, 9, 10 ). Les niveaux et les ressources de l’administration locale   L’action publique sur le territoire de la région de Vologda est conduite au travers de quatre niveaux de responsabilité : les municipalités (24400 entités municipales définies en 2005 sur l’ensemble du territoire de la Fédération de Russie), la région ( l’un des 83 « sujets de la Fédération de Russie »), les Districts fédéraux (8 en 2010) et l’État fédéral. Chaque niveau d’administration bénéf  icie de modes de représentation politique, de compétences et de ressources définies par les lois organiques de la Fédération de Russie. L’administration régionale de Vologda tire l’essentiel de ses ressources budgétaires (85 à 90 % entre 2005 et 2008) des impôts levés sur son territoire. Par exemple, la taxe régionale sur les sociétés est de 17,5 % des bénéfices (6,5% pour la taxe fédérale, versée au budget de l’Etat).  Elle utilise ces ressources pour financer des programmes économiques (13 à 19 % des dépenses de 2008) et sociaux (25 à 35 % sur la même période). Le budget régional s’élevait à environ 50 milliards de roubles en 2008 (pour un excédent budgétaire de 300 millions). Les conséquences de la crise sur la région de Vologda La crise financière mondiale a touché la région de Vologda par le canal du marché international des matières premières. La connexion entre les acteurs des marchés mondiaux des commodities  et les acteurs financiers internationaux étant étroite, les conséquences de la crise financière se sont fait immédiatement sentir sur les perspectives des entreprises productrices de ces matières premières à l’échelle mondiale. Les prix moyens à l’export des métaux ferreux ont été divisés par deux en 5 mois  J.Vercueil Etude de cas « Rebondir à Vologda » Doc. De travail, ne pas citer SVP (entre août 2008 et janvier 2009), ceux des engrais minéraux par 3, ceux du bois brut par 2. En conséquence, la production industrielle de la région a chuté de 42 % entre septembre et novembre 2008, traduisant une contraction de 53 % pour la production sidérurgique, de 47 % pour la production chimique et de 23 % pour la production de bois (la contraction des prix et de la production pour cette industrie s’est opérée avec un décalage de deux mois sur les deux premières). Les constructions mécaniques, notamment les fournisseurs des industries précitées, ont été également touchées (-30 %). L ’emploi régional a été rapidement touché par les conséquences de la crise. A l’image de Severstal  , les grands combinats industriels ont choisi d’ajuster rapidement leurs effectifs aux perspectives de réduction de l’activité et de supprimer les programmes locaux non stratégiques (subvention d’équipements sociaux et culturels, notamment) . Le nombre d’offres d’emploi s dans la région est passé d’une moyenne mensuelle de 11000 durant l’été 2008 à 3771 en janvier 2009 . La conséquence a été une augmentation brutale du nombre de demandeurs d’emplois, passant de moins de 8000 durant l’automne 2008 à plus de 15000 à la fin de l’hiver 2008 -2009. On estime à 6000 environ le nombre d’emplois supprimés dans les principales usines de Tcherepovets durant l’automne et l’hiver 2008-2009. Des rumeurs, relayées par la presse, ont fait état de hausses brutales des prix des produits alimentaires et de première nécessité dans les circuits de distribution organisés des principales villes de la région (Vologda et Tcherepovets). Les perspectives de recettes fiscales se sont effondrées pour l ’ administration régionale et les municipalités les plus touchées par la crise , les bénéfices et l’activité économique attendus pour 2009 par des principaux contributeurs fiscaux industriels s’étant considérablement réduits. En outre, du fait des restructurations décidées à l’échelle de la Fédération de Russie, les grandes entreprises publiques fédérales présentes sur la région (notamment la compagnie nationale de chemins de fer) et certaines administrations publiques fédérales ont prévu de continuer à licencier. Les premières mesures prises par les autorités régionales et municipales durant l’année 2009   Les réponses conjoncturelles :   les autorités locales ont pris une série de mesures conjoncturelles pour faire face à ces difficultés. En voici la liste (non exhaustive) :  A l’échelle municipale  (Vologda) : lutte contre les hausses de prix injustifiées -   Surveillance des marchés agricoles pour s’assurer que les augmentations de prix sont contenues dans des limites raisonnables -   Mise en place d’une carte municipale de réduction et d’approvisionnement réservée au x retraités. Cette carte fait l’objet d’un accord signé avec les réseaux de distribution plus 44 entreprises locales alimentaires et de production de médicaments, portant sur la stabilité des prix. Elle permet à son détenteur de continuer à accéder à un prix raisonnable à une série de produits de première nécessité.  J.Vercueil Etude de cas « Rebondir à Vologda » Doc. De travail, ne pas citer SVP  A l’échelle régionale  : 1.   Lutte contre les hausses de prix injustifiées Surveillance des prix durant la période octobre-novembre 2008 : étude de la facture moyenne des magasins alimentaires. Construction et suivi d’un indice des prix de 11 produits de base. Lorsque l’indice de la ville de Tcherepovets a montré une accélération de la hausse des prix, les autorités régionales ont organisé un marché ouvert aux producteurs agricoles régionaux, sur lequel ils pouvaient vendre leurs produits sans caisse enregistreuse (c'est-à- dire en franchise de droits fiscaux). Le succès de l’opération (auprès des consomm ateurs et des producteurs) a été tel que les autorités ont pu faire savoir qu’elles rééditeraient l’opération si de nouvelles hausses de prix étaient mesurées. Résultat   : l’indice des 11 n’a plus bougé dans les réseaux de distribution traditionnels. 2.    Actions de soutien de la conjoncture économique -   Programme de soutien financier (prêts à taux réduit) aux entreprises en difficulté -   Réduction de la pression fiscale sur certaines entreprises -   Programme d’achat à terme (engrais minéraux) et d’équipements pour  soutenir la demande publique aux entreprises locales -   Efforts sur le marché de l’emploi (essentiellement programmes de stimulation de la création d’entreprise, mais aussi emplois temporaires)  -   Soutien ciblé sur les petites et moyennes entreprises en grande difficulté -   Reprise d’équipements sociaux et culturels dont le financement par Severstal a été stoppé suite à la crise, et financés par une subvention à la ville de Tcherepovets (123,2 millions de roubles). -   Maintien de relations personnelles entre le vice-gouverneur de la Région et la direction de Severstal pour limiter les causes de conflits et anticipation des décisions possibles à venir (« on calcule les poussins à l’automne  »). Conséquences sur le budget régional   : les recettes fiscales étant passées de 45,8 (2008) à 27,9 milliards de roubles en 2009, les dépenses sont réduites à 46,6 milliards. L’ État fédéral, qui a puisé dans le fonds de réserve constitué par les recettes prélevées sur les exportations de matières premières énergétiques, a subventionné la région à hauteur de 12,2 milliards (contre 5 milliards en 2008). Il reste un déficit budgétaire de 6,5 milliards de roubles.  A l’échelle des entreprises privées industrielles de la région : -   A la fin de l’année 2009, devant la reprise de leur activi té et le redressement des prix, Severstal et les principales entreprises de la chimie ont repris une partie des travailleurs licenciés en 2009, après négociations avec la Région qui a accepté en contrepartie une baisse des impôts.
Related Search
Similar documents
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks