NOUVELLES ÉTUDES SUR LA PROVENANCE GÉOGRAPHIQUE DES BLOCS UTILISÉS POUR LA CONSTRUCTION DE MONUMENTS MÉGALITHIQUES DANS LE DÉPARTEMENT DU PUY-DE-DÔME NEW STUDIES ON THE PROVENANCE OF THE STONES USED FOR THE CONSTRUCTION OF MEGALITHIC MONUM

Description
NOUVELLES ÉTUDES SUR LA PROVENANCE GÉOGRAPHIQUE DES BLOCS UTILISÉS POUR LA CONSTRUCTION DE MONUMENTS MÉGALITHIQUES DANS LE DÉPARTEMENT DU PUY-DE-DÔME NEW STUDIES ON THE PROVENANCE OF THE STONES USED FOR THE CONSTRUCTION OF MEGALITHIC MONUMENTS IN THE

Please download to get full document.

View again

of 64
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Information
Category:

Travel & Places

Publish on:

Views: 9 | Pages: 64

Extension: PDF | Download: 0

Share
Tags
Transcript
  249 Origine et développement du mégalithisme de l’ouest de l’Europe (Bougon - 26/30 octobre 2002) Origin and development of the megalithic monuments of western Europe (Bougon - 26/30 October 2002) NOUVELLES ÉTUDES SUR LA PROVENANCE GÉOGRAPHIQUE DES BLOCS UTILISÉS POUR LA CONSTRUCTION DE MONUMENTS MÉGALITHIQUES DANS LE DÉPARTEMENT DU PUY-DE-DÔME  NEW STUDIES ON THE PROVENANCE OF THE STONES USED FOR THE CONSTRUCTION OF MEGALITHIC MONUMENTS IN THE PUY-DE-DÔME (FRANCE) Alain DE GOËR DE HERVE † & Frédéric SURMELY. (Relecture du texte anglais /  Revision of the English text  : Chris SCARRE) Mots clefs : mégalithes, dolmen, menhir, Auvergne, Puy-de-Dôme.  Keywords: megaliths, dolmen, menhir, Auvergne, Puy-de-Dôme. Introduction. Dans un précédent article (Surmely et al  . 1996), nous avions présenté le résultat de nos recher-ches sur la provenance des blocs utilisés pour la construction de certains monuments mégalithiques du département du Puy-de-Dôme, essentiellement dans le secteur de la Limagne, et du département du Cantal. Cette étude, basée sur une analyse pé-trographique détaillée des constituants des mo-numents et du contexte, avait permis de mettre en évidence le fait que les pierres constituant les mégalithes n’avaient pas été prises à l’endroit où le monument avait été érigé. Le transport de ces  blocs, pesant parfois plus de dix tonnes, atteignait des distances de près de 15 km. Pour étayer notre démonstration et lui donner  plus de force, nous avons choisi d’étendre notre étude aux autres monuments du département du Puy-de-Dôme, ce qui nous a amené, ce faisant, à réaliser des découvertes et à revoir l’interprétation de certains mégalithes. C’est le résultat de ces re-cherches qui est présenté ici, de façon très résu- mée. L’intégralité de nos observations gure dans  In a previous article, we described the results of our research work on the source of the boulders that were used for the construction of certain meg-alithic monuments in the département of Puy de  Dôme, mostly in the Limagne area. This study has led us to the conclusion that the stones from which the megaliths were made were not taken from the  place where the monument was erected. The boul-ders, some weighing up to 10 tons, were dragged  for distances of about 15 km. This allowed us to  point out two facts which had already been em- phasized by various authors studying other monu-ments in different areas. First of all, it is quite clear that for the builders, the choice of the construction  site was not dictated by geological considerations but was made according to other criteria. Second, choosing the right place to build the monument was an essential part of the process.  For this article, we have studied 14 dolmens and 8 menhirs from different areas of the départe-ment of Puy-de-Dôme. Provenance des blocs utilisés pour la construction de mégalithes dans le Puy-de-Dôme.  Provenance of the stones used for the construction of megaliths in Puy-de-Dôme.  250 Origine et développement du mégalithisme de l’ouest de l’Europe (Bougon - 26/30 octobre 2002) Origin and development of the megalithic monuments of western Europe (Bougon - 26/30 October 2002) Alain DE GOËR DE HERVE †   et Frédéric SURMELY. un autre article (Surmely et Goër, sous presse). Il est à noter que la majeure partie des monuments n’est pas datée de façon précise, faute de recher-ches récentes. La commune de Saint-Nectaire. La région de Saint-Nectaire offre une concen-tration remarquable de monuments, sans égale en Auvergne, puisque pas moins de cinq dolmens et deux menhirs ont été recensés sur son territoire. Tous les monuments sont situés sur des plateaux, leur assurant une large visibilité sur les alentours. Quatre des monuments, les dolmens du Parc, de Saillant, de Chabareau (découverte R. Liabeuf) et de la Pineyre sont constitués de roches prises loca-lement, avec parfois une remontée des blocs à par-tir du rebord de plateau. Le dolmen ruiné de Sap-chat est composé de blocs locaux et de deux dalles de provenance inconnue. Le menhir de Freydefont est une écaille de granite dont l’srcine peut être trouvée à environ 700 m, sur le bas du plateau. En- n le menhir de la Croix-Saint-Roch (Fig. 1) est un prisme basaltique déplacé sur une distance d’au moins 3 km. La bordure du Cézallier. Le dolmen de Loubaresse (Le Broc) est fait de  blocs trouvés sur place. Dans le cas du dolmen de l’Ustau du Loup et du menhir de Gourdon (Cham- peix), les blocs ont été déplacés sur une courte dis-tance.Le menhir de Fohet (commune d’Aydat ; Fig. 2) est un des menhirs les plus imposants de la région Auvergne, avec une longueur totale de près de 5 m et un poids de plus de 10 t. Il est formé d’une écaille de diorite corsique, qui se trouve en contre- bas (200 à 300 m en distance linéaire, 10 à 15 m de dénivelé). Le menhir a donc été remonté, sur une pente douce et régulière, pour être érigé. Le dolmen de Cournols pose un problème particulier, dû à la présence, attestée par la littérature d’une dalle, aujourd’hui disparue, et qui proviendrait de  plus de 20 km de distance. This study shows that the sites that were select-ed for the construction appear to have been the natural limits of the landscape and/or clearly vis-ible places overlooking a wide territory. Indeed,  Neolithic populations deliberately built monu-ments that were meant to be seen, and they erected them in very distinctive locations. That is why it is quite natural to suggest that those impressive mon-uments must have been considered as landmarks  for sedentary or semi-sedentary populations. On the other hand, the transport of the boulders, a co-lossal task, provides evidence of the high degree of engineering ability and social organisation pos- sesed by Neolithic communities. In order to give more susbtance and better sup- port to these assumptions, we decided to extend our study to the other monuments of the départe-ment. In the course of this work, we have made new discoveries and have re-examined our inter- pretation of certain megalithic monuments. The results of this research work will be found in the list that follows.This latest stage of our research work on the megalithic monuments of the Puy de Dôme has brought us to the same conclusion that we had reached in our previous study. In most cases, the boulders from which the monuments were made were not found on the sites on which they were built. Neolithic builders may sometimes have  found satisfactory material on the chosen spot and have used it, but most of the time, owing to a lack of local material, they were compelled to carry the  stones distances ranging from a dozen metres up to 100 metres. When choosing the location for the construction of a monument, therefore, they had in mind other criteria than merely the local sup- ply of suitable building material. We should also note that they looked for sites from which they had an excellent view over the surrounding area: thus, they were sure that the monuments would be clear-ly visible from far. And yet they avoided the high-est uplands. The favourite location was undoubt-edly the edge of a plateau. Unfortunately, so little is known about the Neolithic period in this region that we cannot establish possible links between megalithic monuments and settlements. It should be noted, however, that a number of polished stone axes have been found at megalithic sites (Surmely et al. 2001).  251 Origine et développement du mégalithisme de l’ouest de l’Europe (Bougon - 26/30 octobre 2002) Origin and development of the megalithic monuments of western Europe (Bougon - 26/30 October 2002) Les Combrailles. Les deux dolmens de la commune de Saint-Etienne-des-Champs sont en orthogneiss local. En revanche, le dolmen de Farges (Saint-Germent- près-Herment) est composé de dalles de basalte qui proviennent de plus de 500 m à vol d’oiseau. L’srcine des imposants menhirs de Menat et de Blot-l’Eglise reste à déterminer, mais semble ex-tra-locale. Le Livradois-Forez Le dolmen de Boissières est en granite migma-titique de provenance strictement locale. C’est le cas également du menhir de la Croix de Fer (La Renaudie), et du « dolmen » de la Pierre Couberte à Job, dont le caractère anthropique est très dou-teux. La Limagne (complément) La dalle de la ferme de Gergovie (commune de La-Roche-Blanche) est très vraisemblablement la couverture d’un coffre mégalithique. Elle est en  basalte du plateau mais a dû être transportée par l’homme sur une distance de quelques centaines de mètres.Le menhir d’Ennezat, dont la datation préhis-torique n’est pas assurée, est constitué d’un bloc de basalte transporté sur près de 5 km. Celui de Villeroze (Marsat) l’a été sur une distance d’envi-ron 1 km. Enn, le bloc découvert au cours de l’année 2000, dans des dépôts de pente récents, sur la commune des Martres-de-Veyre (Goër de Herve & Surmely 2000), est très probablement un orthos-tate de dolmen ou bien un menhir. Son poids est estimé à environ 2,5 tonnes. Deux provenances sont possibles. La première serait le secteur de Saint-Saturnin, à une distance d’environ 11 km. Le granite est aussi présent à Coudes, à 7 km de là, mais la présence d’un goulet sur l’Allier aurait alors nécessité un transport, au moins partiel, par voie uviale, ce est difcilement prouvable. Fig. 1 : Le menhir de Saint-Roch (Saint-Nectaire), couronnée  par une croix chrétienne. Le monolithe a été transporté sur au moins 3 km. Fig. 1:   The menhir of Saint-Roch at Saint-Nectaire. Fig. 2 : Le menhir de Fohet (Aydat), l’un des plus grands mo-nolithes d’Auvergne. Le bloc a été remonté sur une distance linéaire de 200 à 300 m, pour être érigé au sommet d’un petit  plateau. Fig. 2:   The menhir of Fohet (Aydat). The foregoing allows us to repeat again the  following statement: megalithic monuments were used as landmarks by highly organised human  groups. Provenance des blocs utilisés pour la construction de mégalithes dans le Puy-de-Dôme.  Provenance of the stones used for the construction of megaliths in Puy-de-Dôme.  252 Origine et développement du mégalithisme de l’ouest de l’Europe (Bougon - 26/30 octobre 2002) Origin and development of the megalithic monuments of western Europe (Bougon - 26/30 October 2002) Alain DE GOËR DE HERVE †   et Frédéric SURMELY. Conclusion La suite de nos recherches sur les monuments mégalithiques du Puy-de-Dôme amène aux mêmes résultats que l’étude précédente. Dans la majorité des cas, les blocs constituant les monuments n’ont  pas été trouvés sur le lieu d’implantation. Parfois, les néolithiques ont pu découvir sur place des matériaux satisfaisants et les ont alors employés, mais, le plus souvent, en l’absence de ressources locales, ils ont été obligés de transporter les blocs sur des distances allant de quelques dizaines de mètres à 10 km. Le choix du lieu d’édication des monuments s’est donc basé sur d’autres critères que celui de la disponibilité locale en matériaux exploitables. On observe la même recherche des situations dominantes, assurant aux monuments une très large visibilité, même si les crêtes les plus élevées semblent avoir été dédaignées. La situa-tion la plus recherchée est sans conteste le rebord de plateau. La faiblesse des recherches archéologi-ques locales touchant le néolithique nous interdit malheureusement de rechercher les correspondan-ces éventuelles entre mégalithes et habitats. Tou-tefois, il convient d’observer que les sites d’im- plantation de mégalithes ont livré de nombreuses haches polies (Surmely et al  . 2001). Sur ces bases de réexion, il nous semble permis de renouveler notre interprétation des monuments mégalithiques comme marqueurs de territoire de groupes humains bien organisés. Alain DE GOËR DE HERVE †Frédéric SURMELY UMR 6042 du C.N.R.S.4 rue Ledru63000 CLERMONT FERRAND FRANCE  E-mail : surmely.frederic@wanadoo.fr   773 Origine et développement du mégalithisme de l’ouest de l’Europe (Bougon - 26/30 octobre 2002) Origin and development of the megalithic monuments of western Europe (Bougon - 26/30 October 2002) AA. VV. (1986) -  Actas de la Mesa Redonda sobre el Megalitismo Peninsular (Madrid 1984) , Madrid, Asociación Española de Amigos de la Arqueología.AA. VV. (1987) -  El Megalitismo en la Península Ibérica , Ministerio de Cultura, Dirección General de Bellas Artes, Madrid.ABELANET J. (1975) - Les dolmens du Roussillon,  Les civilisations néolithiques du Midi de la France , Carcassonne,  p. 74-79.ABELANET J. (1992) -  Autrefois des hommes. Préhistoire du pays catalan , Editorial Trabucaïre, Perpignan.ACOSTA P. (1984) - El arte rupestre esquemático ibérico : problemas de cronolología preliminares,  Francisco Jordá Oblata ,   Salamanca, p. 31-61.AGUAYO DE HOYOS P. (1995) - El fenómeno megalítico en la zona occidental de la cordillera Bética, Actas del 1º Congresso de Arqueología Peninsular (Porto, 1993), Trabalhos de Antropología y Etnología , XXXV, Fasc. 4 :  p. 151-165. AGUIAR J., SANTOS JÚNIOR J. (1940) – O menhir de Luzim (Penael),  Actas do I Congresso do Mundo Português , Lisboa, vol. I, p. 209-217.AIRVAUX J. (1996) – Découverte d’une nouvelle sépulture néolithique en ciste à la Goumoizière de Saint-Martin-la-rivière (Valdivienne),  Le pays chauvinois , n°34, p.64-105. ALBERGARIA J., SILVA,M.L. (1995) - Cromeleque do Torrão (Elvas): identicação,  Vipasca ,   Aljustrel, 4.ALEXANDERSEN V. (1988) - Description of the Human Dentition from the Late Mesolithic Grave-Field at Skateholm, Southern Sweden,  In: LARSSON L. (ed) -  The Skateholm Project. I. Man and Environment (Regiae Societatis Humanorium Litterarum Lundensis 79) Almqvist & Wiksell International, Lund, p. 106-163.ALMAGRO BASCH M. (1962) - El ajuar del Dolmen de la Pastora de Valencina del Alcor (Sevilla). Sus paralelos y su cronología, Trabajos de Prehistoria del Seminario de Historia Primitiva del Hombre , 5, Madrid.ALMAGRO BASCH M., ARRIBAS PALAU A. (1963) - El Poblado y la Necrópolis Megalíticos de Los Millares (Santa Fe de Mondújar, Almería),  Bibliotheca Praehistorica Hispana , 3, Madrid, CSIC. Bibliographie Bibliography 
Related Search
Similar documents
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks