n 3 Janvier 2002 Sommaire Editorial

Description
n 3 Janvier 2002 Sommaire Editorial...1 Données sur la reproduction des aigles de Bonelli...2 Surveillance 2001 des sites de nidification : aide de la fondation NATURE & découvertes...3 Réduction des cas

Please download to get full document.

View again

of 12
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Information
Category:

Reports

Publish on:

Views: 0 | Pages: 12

Extension: PDF | Download: 0

Share
Transcript
n 3 Janvier 2002 Sommaire Editorial...1 Données sur la reproduction des aigles de Bonelli...2 Surveillance 2001 des sites de nidification : aide de la fondation NATURE & découvertes...3 Réduction des cas d électrocution : vers une neutralisation généralisée sur les zones de l Aigle de Bonelli!?...5 Campagne de sensibilisation en Languedoc-Roussillon...7 Congrés et réunions ou la reconnaissance du Collectif Bonelli...9 Une soirée de mai non loin des Bonelli...11 Lettre d information éditée par le collectif maître d oeuvre du plan national de restauration Aigle de Bonelli (GRIVE, CEEP, CORA, LPO mission FIR) Maquette : Frédéric Beyna Les opinions exprimées dans les textes n engagent que leurs auteurs La reproduction des textes et illustrations est soumise à autorisation du collectif. Mention obligatoire : Extrait de Bonelli Infos n 3. GRIVE - Maison de l Environnement - 16 rue Ferdinand Fabre Montpellier tél.: /fax : CEEP - Ecomusée de la Crau Saint-Martin-de-Crau tél.: fax: CORA - MRE - 32 rue Sainte-Hélène LYON tél.: fax: LPO Mission FIR - BP Paris Cedex 15 tél.: fax: Editorial par Rozen MORVAN (GRIVE) Bouclé toute fin 2001, ce numéro 3 de Bonelli infos ne vous parviendra qu'en Ce retard dans la publication nous permettra au moins de vous présenter nos meilleurs vœux. Vous constaterez que la situation de cet aigle reste très fragile en France. Les échanges d'expérience avec l'espagne et le Portugal se concrétisent et la création d'un véritable réseau Bonelli est souhaitée par un grand nombre de personnes. Cet outil demandera certainement du temps pour être mis au point mais il semble de plus en plus évident que les efforts doivent dépasser les frontières et que c'est l'ensemble des populations de ce Rapace, au moins au sud-ouest de l'europe, qui doit être pris en compte. La préparation d'un dossier Life Nature inclue cette dimension. Au cours des discussions que nous avons eues, en particulier avec nos collègues espagnols, il apparaît que l'existence d'un plan de restauration national et le fait qu'un Collectif en soit maître d'œuvre représentent des atouts pour la conservation de cette espèce en coordonnant les efforts. Puissions-nous valoriser cet avantage. Ce numéro vous présente certaines des actions menées en France dans le cadre du plan de restauration national : suivis, surveillance, sensibilisation Nous tenons à remercier les bénévoles et les stagiaires sans lesquels l'indispensable travail de terrain ne pourrait être mené à bien. Rappelons que les plans de restauration nationaux sont des documents alliant études scientifiques et actions de conservation d'espèces menacées. Ils ont une durée de 5 ans et sont reconductibles. Le plan élaboré en faveur de l'aigle de Bonelli a débuté en 1999 à partir de l'analyse des données accumulées depuis une vingtaine d'années par des associations de protection de la nature (CEEP, CORA, GRIVE, LPO-mission FIR). La destruction directe des adultes (tirs, piégeages, empoisonnements ) apparaît comme le facteur principal de menace pour l'espèce. La mort des juvéniles (essentiellement par électrocution) lui porte également une atteinte très forte, les maladies atteignant les poussins, les échecs de reproduction dus à des dérangements humains sont aussi des facteurs à réduire notablement et si possible à supprimer. L'amélioration de leurs milieux de vie destinée à faciliter la recherche de nourriture n'est pas à oublier. La reproduction en captivité pourra permettre de renforcer cette population déclinante, à condition que les causes de disparition aient pu être jugulées. L'ensemble de ces actions n'apportera des fruits que si un effort de tous est consenti, l'information, la sensibilisation des acteurs locaux et du grand public sont aussi des volets cruciaux de ce plan. Données sur la reproduction des aigles de Bonelli par Rozen MORVAN (GRIVE), con la ayuda de Martina CARRETE (Universidad de Murcia) En 2001, 21 poussins ont éclos en nature (1) et 18 aiglons se sont envolés en France (tableau 1). Tous ont bénéficié du traitement contre la trichomonose, tous ont été bagués. La cause de la mort des 2 poussins d'ardèche est connue : il y a eu deux éclosions sur chacun des sites mais dans les deux cas le cadet est mort des suites d'une agression de l'aîné. Si le caïnisme est bien connu chez l'aigle impérial et l'aigle royal, il semble être peu fréquent chez l'aigle de Bonelli. La mort du troisième poussin est d'origine indéterminée. La productivité en France a été de 0,72 ± 0,84 (n=25). Les résultats de la reproduction en France, depuis le début du plan de restauration ne nous permettent pas d'être optimistes (tableau 2). Il faut noter qu'en 1999, sur les 24 couples, 5 étaient composés d'un immature et d'un adulte : 1 de ces couples a commencé à couver mais aucun n'a élevé de jeunes. En 2000, sur 2 couples composés d'un adulte et d'un immature l'un a débuté une couvaison, mais il n'y a pas eu éclosion. En 2001 tous les couples étaient adulte/adulte. Les résultats sont stables depuis le début du plan de restauration, avec une productivité faible comparée aux productivités calculées en Espagne (Dobado et al, 2000 ; Sánchez- Zapata, 1997) (tableau 3). La productivité est dépendante de nombreux facteurs en particulier l'âge des oiseaux mais aussi l'adaptation au site comme le montrent les données analysées dans la région de Murcie (Sánchez-Zapata, 1997). Dans cette région du sud-est de l'espagne la productivité moyenne, de 1980 à 1997 a été de 1,06 (n=235). Elle tombe à 0,83 (n=6) lorsqu'ils tiennent compte uniquement des couples adulte/adulte dont l'un des partenaires vient d'être remplacé alors qu'elle est de 1,15 (n=139) si les 2 adultes sont adaptés à leur site. Un projet de travail en collaboration avec l'université de Murcia devrait se concrétiser au printemps 2002 pour vérifier, entre autre, si les résultats sont analogues sur la population française. Pour améliorer la productivité, la surveillance peut agir en limitant les échecs de reproduction mais c'est avant tout la survie des adultes cantonnés qu'il est nécessaire d'améliorer. Rappelons enfin que si une population est menacée, sa régression géographique et numérique s'effectue en marge de son aire de répartition. A l'échelle de l'europe du sud-ouest la population française est donc la plus vulnérable. A ceci s'ajoute le fait que la population languedocienne risque de ne plus être en continuité avec la population espagnole : un seul couple d'aigle de Bonelli est présent en Roussillon, nichant tantôt en France, tantôt en Espagne or les données recueillies grâce à la lecture de bagues d'oiseaux cantonnés sur les sites français indiquent qu'ils sont nés à moins de 150 km du lieu où ils deviennent reproducteurs. Les actions de préservation doivent donc être particulièrement efficaces dans l'aude afin d'éviter que cette discontinuité ne devienne effective. La sauvegarde de la population française d'aigle de Bonelli apparaît bien comme une urgence, toutes les actions possibles doivent être mises en œuvre dans les plus brefs délais et en collaboration avec les équipes qui travaillent à la préservation de cette espèce en Espagne et au Portugal. France L.-R. P.-A.-C.A. R.-A. Nombre de sites contrôlés Nombre de sites occupés par des couples cantonnés % de couples pondeurs/couples cantonnés 76,00 (n=25) 90,00 (n=10) 61,54 (n=13) (n=2) % de couples avec éclosion/couples pondeurs 63,16 (n=19) 55,56 (n=9) 62,50 (n=8) (n=2) % de couples avec envol/couples avec éclosion (n=12) (n=5) (n=5) (n=2) Nombre de poussins éclos Tableau 1 - Reproduction 2001 de l'aigle de Bonelli (données Collectif Bonelli) Total Nombre de sites occupés par un couple % de couples pondeurs/couples cantonnés 54,17 80,00 76,00 70,27 % de couples avec éclosion/couples pondeurs 84,62 (n=13) 60,00 (n=20) 63,16 (n=19) 67,31 (n=52) % de couples avec envol/couples avec éclosion (n=11) (n=12) (n=12) (n=35) Nombre de poussins éclos Nombre de jeunes envolés Productivité 0,75±0,90 (n=24) 0,76±0,88 (n=25) 0,72±0,84 (n=25) Tableau 2 - Suivi de la reproduction de la population française d'aigle de Bonelli depuis le début du plan de restauration (données Collectif Bonelli ) Période Productivité France 1999/2001 0,74 Espagne ,82 Murcia 1980/1997 1,06 Cordoba 1994/1999 1,11 Catalogne 1975/1994 1,13 Alicante 1984/1992 1,32 Tableau 3 - Valeurs de la productivité de quelques populations d'aigle de Bonelli Bibliographie DOBADO-BARRIOS Pablo, ALVAREZ Roberto et DOMÍNGUEZ (2000) - El águila perdicera en Córdoba : estatus y evolución. Veredas 4 : SÁNCHEZ-ZAPATA José Antonio (coord.) (1997) - Plan de Recuperación del Águila perdicera en la Región de Murcia. pp 225. (1) Un aiglon est né en captivité dans le centre UNCS de Vendée (info C. Pacteau) 0,74±0,85 (n=74) 2 n 3 Surveillance 2001 des sites de nidification : aide de la Fondation NATURE & découvertes par Rozen MORVAN (GRIVE) Les données concernant la reproduction montrent qu'il existe presque toujours des échecs de reproduction en cours de couvaison. Ce fut le cas en 2000 où 20 couples ont pondu et 12 seulement élevé des jeunes. Il est donc apparu aux membres du Collectif Bonelli qu'il était nécessaire de faire débuter les actions de surveillance sur les sites sensibles aux dérangements dès que la ponte a eu lieu. Jusqu'à présent ce travail ne débutait qu'à partir de fin mars ou début avril, moment à partir duquel des stagiaires sont disponibles. A l'heure actuelle des bénévoles ou des salariés associatifs peuvent effectuer des suivis réguliers mais pas de surveillance proprement dite. La solution la plus sûre était de salarier des personnes, en contrat à durée déterminée, pour les mois de février et mars, des stagiaires assurant la relève d'avril à début juillet. Le budget octroyé par le Ministère de l'aménagement du Territoire et de l'environnement ne permet pas de financer ces postes, une demande a donc été faite à la Fondation NATURE & découvertes. Celle-ci a accepté de financer ce projet à hauteur de FF pour la saison de surveillance Ces fonds étaient destinés à assurer la surveillance de (carte 1) : - 1 site en Rhône-Alpes (sous la responsabilité du Centre Ornithologique Rhône-Alpes/CORA), - 2 sites en Provence-Alpes-Côte d'azur (sous la responsabilité du Conservatoire Etudes des Ecosystèmes de Provence/CEEP), - 3 sites en Languedoc-Roussillon (sous la responsabilité du Groupe de Recherche et d'information sur les Vertébrés et leur Environnement/GRIVE) La surveillance consiste à éviter que les aigles ne soient dérangés. Il faut donc être présent de l'aube au crépuscule, avec une vigilance accrue les samedis, dimanches, vacances et jours fériés, surtout si la météo augmente l'attrait des sites sauvages. La tâche du surveillant consiste à la fois à observer les aigles et la fréquentation humaine en étant prêt à intervenir pour empêcher l'accès ou la présence de promeneurs, d'ornithologues, de photographes, d'escaladeurs à un endroit sensible. Il faut tout d'abord être un accro des séjours prolongés en pleine nature, posséder de bonnes qualités d'observateur et ajouter à cela une grande capacité de négociation et de pédagogie. Il faut en effet expliquer que quelque chose de très fragile et très important est à proximité immédiate mais qu'il ne faut surtout pas essayer de le voir. Carte 1 - Localisation des sites de reproduction d'aigle de Bonelli surveillés en 2001 n 3 3 8 sites ont bénéficié de surveillance en 2001, avec 26 personnes qui ont participé pour une période dépassant une semaine (12 salariés, 10 stagiaires et 4 bénévoles). Cette surveillance a été réalisée : - en début de période de reproduction pour 1 couple dans l'aude, ce couple n'a pas pondu, - quotidiennement en février et mars pour 1 couple dans l'hérault, puis les samedis, dimanches et jours fériés jusqu'à début juillet. - totalement pour 2 couples dans le Gard de février à juin, - pour 2 couples en Ardèche, l'un de février à mi-avril, l'autre d'avril à fin juin, - pour 2 couples dans les Bouches du Rhône, l'un de mi-février à fin mars (échec de la reproduction), l'autre de mi-mars à fin juin. Le temps de présence minimum a dépassé les heures (tableau 1). Le temps passé par les coordinateurs (formation des surveillants, coordination des actions de terrain, aide à la rédaction des rapports ) et celui passé par des bénévoles n'est pas pris en compte, pas plus que celui consacré à l'administration (recherche des stagiaires, gestion du personnel ). La présence sur le terrain a permis d'évaluer la fréquentation humaine des sites et ses conséquences : - Hérault : site peu fréquenté par rapport aux autres mais sur lequel 2 interventions ont eu lieu. L'une parce que la femelle qui couvait s'est envolée à la suite de l'arrivée simultanée d'escaladeurs, d'un ornithologue et d'un promeneur. L'autre par un couple cherchant à voir les aigles. - Gard : la présence de personnes a été relevée pour un site (1.320 randonneurs, 204 canoës, 12 motos, 10 VTT, cinq 4x4 et 3 canadairs) et 84 interventions ont eu lieu auprès de 295 randonneurs, 1 groupe de motos et un 4x4 ; la topographie de l'autre site ne permet pas une évaluation précise de la fréquentation mais 5 interventions ont eu lieu (4 auprès de randonneurs et 1 auprès de spéléos), - Ardèche : personnes ont été comptabilisées, dont canoës, 781 promeneurs et 774 avions ou hélicoptères ; 3 interventions ont eu lieu (spéléologie, chasse en battue, héliportage) ; 2 dérangements ont été constatés (spéléologie, coups de feu) - Bouches-du-Rhône : 837 personnes sont passées sur les sites (814 à pied, 14 en voiture, 5 groupes en moto, 4 hélicoptères les ont survolés) ; 11 interventions ont été nécessaires (motos, promeneurs, hélicoptères). Les observations indiquent qu'il n'est pas toujours possible de Nombre de journées Nombre d heures Languedoc-Roussillon PACA Rhône-Alpes Total Tableau 1. Temps de surveillance, en 2001, sur des sites de nidification vulnérables relier importance quantitative de la fréquentation et risques de dérangement. Sur un site petit et facile d'accès une seule visite inopportune peut mettre à mal une reproduction, alors que sur un vaste site il peut y avoir assez d'espace pour qu'une cohabitation soit moins dommageable. Il faut également tenir compte de l'expérience des oiseaux, un aigle habitué à son site en connaît les risques et est capable de les estimer. S'il y a changement d'oiseau le nouvel arrivant sera beaucoup plus sensible à des intrusions. Un autre apport de ces actions de surveillance 2001 a été de montrer qu'il est bénéfique de faire recouper la présence des salariés ayant réalisé les deux premiers mois de suivi avec celle des stagiaires s'y attelant par la suite. L'expérience des premiers est en effet très utile aux seconds et eux seuls peuvent la leur apporter car ils ont appris à détecter, cette année là, sur ce site précis, à la fois les comportements des adultes s'y reproduisant et les risques de dérangements. Sur le site héraultais les surveillantes ont observé des comportements anormaux du mâle par rapport à ce qui était connu, un remplacement a donc été soupçonné puis le port d'une bague détecté puis sa lecture réalisée le jour du dernier traitement contre la trichomonose et celui de l'envol du premier jeune. Il serait donc souhaitable que dorénavant des surveillants/salariés puissent être présents sur le site les deux premières semaines de présence des surveillants/stagiaires. De plus, la passation de pouvoir a lieu le plus souvent peu de temps après l'éclosion, période tout aussi sensible que celle de la couvaison. Sur les 9 sites pour lesquels la surveillance a débuté, 8 couples ont pondu, il y a eu éclosion sur 6 sites et 9 jeunes s'y sont envolés soit 50 % de la production de la population française. De plus les 2 échecs en cours de couvaison ne semblent pas être dus à des dérangements et sur les 9 sites, les surveillants ont réalisé un travail de sensibilisation tant auprès des acteurs locaux que des personnes de passage. Les sites qui ont bénéficié d'une telle protection de proximité sont ceux qui sont connus pour être vulnérables face à la pression des activités humaines. La surveillance sera nécessaire tant que de réelles mesures de gestion de la fréquentation ne seront pas mises en œuvre et tant que les mesures réglementaires existantes ne seront pas appliquées voire renforcées. En effet la présence sur le terrain de 1 à 4 personnes, en continu, de l'aube au crépuscule, pendant 4 mois ne passe pas inaperçue. Elle permet une sensibilisation des utilisateurs de ces territoires mais elle indique aussi que quelque chose de très précieux y survit : une espèce en voie de disparition! Or des personnes peu scrupuleuses peuvent profiter de cette connaissance pour s'approcher de cette manne avant qu'elle ne disparaisse, un site surveillé une année doit l'être par la suite. 4 n 3 Réduction des cas d électrocution : vers une neutralisation généralisée sur les zones de l'aigle de Bonelli!? par Michel MURE (CORA) Les cas d'électrocution aussi bien pour les rapaces, les cigognes, les hérons que pour de nombreuses autres espèces sont connus depuis très longtemps. Ce nombre a été sous estimé tant que les populations de certaines espèces sont restées faibles (peu d'oiseaux donc peu de cas d'électrocution observés!). Par contre, dès la protection réglementaire des rapaces (1970) et la progression de certaines populations qui s'en est suivie, les cas de mortalités par électrocution et par collision se sont avérés beaucoup plus fréquents. Les programmes de réintroduction (vautours fauves) ou de renforcement de population (cigognes) ont, de par leur suivi soutenu, mis en évidence l'impact des lignes électriques sur les espèces concernées, mais également leur rôle sur la réussite même de ces programmes. Mobilisées devant ce problème, les associations naturalistes sont intervenues avec insistance auprès d'edf aussi bien au niveau national que local. Après un important travail de sensibilisation mais aussi l'emploi de moyens de pression (communiqués de presse), EDF a perçu l'importance du phénomène et les premiers accords ont permis la réalisation d'actions concrètes de protection. EDF ira jusqu'à consacrer 1991 l'année de l'oiseau pour le lancement d'un Plan pour l'environnement (LPO/FIR,1991). A cette même période (1990), le programme national de baguage des jeunes aigles de Bonelli est lancé sous la responsabilité de G. Cheylan. Très rapidement le retour des bagues (par récupération sur oiseaux morts) et leur lecture (sur des oiseaux vivants) apporteront des informations fondamentales sur les déplacements de ces jeunes oiseaux erratiques, mais aussi et surtout révèleront l'impact de l'électrocution sur cette classe de la population. Elle apparaîtra même comme la principale cause de mortalité des aigles durant leurs premières années : 94 % des bagues récupérées sur 17 cadavres proviennent d'oiseaux électrocutés (Bayle et Kabouche 1998). Sans faire d'extrapolations hasardeuses et d'évaluations précises, il est possible d'imaginer, l'impact des lignes électriques durant plusieurs décennies sur la population nationale d'aigles de Bonelli, et leur part de responsabilité sur l'état actuel de cette population. D'après les résultats issus des données accumulées depuis plus de 20 ans il apparaît que c'est la mortalité non naturelle qui met en péril la population d'aigles de Bonelli française. Les jeunes aigles sont les plus touchés par l'électrocution, c'est pourquoi, parmi les actions de préfiguration du plan national de restauration, la réduction des cas d'électrocution et de collision contre les câbles a été retenue. Au milieu des années 90, le CEEP et le CORA ont signé les premières conventions avec certains centres locaux d'edf. En Provence, le partenariat entre le Centre EDF Service Provence et le CEEP a conduit à la réalisation d'une cartographie et une hiérarchisation des zones prioritaires, des poteaux et des lignes moyenne tension à risque. Ce travail préalable a conduit à la neutralisation (aménagements
Related Search
Similar documents
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks