MOUEZ AR MENEZ. Bulletin. Municipal. N 43 janvier Sommaire. Le mot du Maire 2 COP 21 3 TAFTA 4 PAYS COB 6 TEPCV 7. Skol ar gwennili 8 APE 9

Description
Bulletin Municipal MOUEZ AR MENEZ N 43 janvier 2016 Sommaire Le mot du Maire 2 COP 21 3 TAFTA 4 PAYS COB 6 TEPCV 7 Skol ar gwennili 8 APE 9 Associations communales 10 EQUIDOMIA SERVICES 12 BAM 13 CCAS

Please download to get full document.

View again

of 20
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Information
Category:

Crafts

Publish on:

Views: 8 | Pages: 20

Extension: PDF | Download: 0

Share
Transcript
Bulletin Municipal MOUEZ AR MENEZ N 43 janvier 2016 Sommaire Le mot du Maire 2 COP 21 3 TAFTA 4 PAYS COB 6 TEPCV 7 Skol ar gwennili 8 APE 9 Associations communales 10 EQUIDOMIA SERVICES 12 BAM 13 CCAS 14 Infos communales 15 Les jeux 16 La recette 17 La mémoire 18 Infos pratiques 19 Les naissances Page 2 Numéro 43 janvier 2016 Le mot du Maire Chers amis, La France est endeuillée, les attentats de Paris démontrent toute la haine engendrée par ces terroristes tuant et blessant sans discernement hommes et femmes venus communiquer leur passion pour la musique et notre capitale. Le 27 novembre dernier, lors du conseil municipal, nous avons rendu hommage aux victimes de cette barbarie, notre peuple a par le passé subit de douloureuses épreuves et a toujours su relever la tête, face à tant de haine il ne faut pas se désunir, l état d urgence nous impose de répondre par nos valeurs de liberté, d égalité et de fraternité. Vous avez pu le constater notre commune par un vote unanime du conseil municipal s est déclarée hors TAFTA (partenariat transatlantique de commerce et d investissement), un panneau assumant ce choix est désormais visible à l entrée du bourg. Ces accords s ils voient le jour obligeront les états membres à attribuer le même financement au privé qu au public. Ces dispositions s appliqueront à tous les niveaux, y compris aux communes, le risque de voir disparaitre les services publics locaux et le soutien à l économie locale est une réalité. Sur le plan communal, les travaux de réhabilitation du bâtiment communal au centre bourg avancent, le cabinet abritant les infirmiers devrait être opérationnel au début de l été prochain. Nous avons obtenu la validation de l installation à l étage de deux logements dédiés aux jeunes travailleurs, reste à obtenir les aides financières accompagnant ce type de projet. La rénovation de la station de traitement des eaux usées suite aux problèmes de disfonctionnement devient une réalité, le choix du cabinet pour réaliser l étude a été acté, cette étude va permettre d entériner la filière actuelle si le terrain le permet ou démontrer s il faudra radicalement faire un autre choix. En attendant les travaux de mise aux normes, j attire l attention des ménages raccordés à la station, impérativement il ne faut plus jeter les lingettes dans les WC, elles provoquent un engorgement et une obstruction des fosses engendrant des interventions de vidanges fréquentes et onéreuses. Le classement des zones humides sur le territoire communal sera également effectif en 2016, un comité de suivi technique est chargé en collaboration avec un cabinet d étude de définir le périmètre d emprise de ces zones, la validation de ces travaux se fera en totale transparence et sous couvert des services de l état. En ce début d année 2016, je formule les vœux de plus de paix et de dialogue entre les peuples, à vous et toutes vos familles beaucoup de bonheur de solidarité et de fraternité. Bonne année, Bloavez-mat Sincères salutations Le Maire José LE GUELAFF Mouez Ar Menez Page 3 Et combien nous aura couté la COP 21? L environnement, le réchauffement climatique sont des sujets d actualité qui inondent les colonnes de la presse et des journaux télévisés sous l intitulé de la COP 21. Une prise de conscience subite qui prête à sourire pour les plus anciens alors que la jeunesse se mobilise pour l environnement et la planète. Osons un brin d humour intergénérationnel sur le sujet A la caisse d un super marché, une vieille dame choisit un sac en plastique pour ranger ses achats. La caissière lui reproche de ne pas se mettre à l écologie et lui dit : votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources! La vielle dame s excuse auprès de la caissière et explique : je suis désolée, il n y avait pas de mouvement écologiste de mon temps. Alors qu elle quitte la caisse, la mine déconfite, la caissière ajoute : ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens. C est vrai vous ne considériez absolument pas la protection de l environnement dans votre temps. Alors, un peu énervée, la vielle dame fait observer qu à l époque on retournait les bouteilles de verre consignées au magasin. Le magasin les renvoyait à l usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique. Elle ajoute : De mon temps, on montait l escalier à pied, on n avait pas d escaliers roulants et pas d ascenseurs. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu il fallait se déplacer de deux rues, on marchait jusqu à l épicerie du coin. Mais, c est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste. On ne connaissait pas les couches jetables, on lavait les couches des bébés, on faisait sécher les vêtements dehors sur un fil. On avait un réveil qu on remontait le soir. Dans la cuisine, on s activait pour préparer les repas, on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu EDF en produit. Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique. On n avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou autoportées, on utilisait l huile de coude pour tondre le gazon. On travaillait physiquement, on n avait pas besoin d aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l électricité. Mais c est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste On buvait de l eau à la fontaine quand on avait soif, on n utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter. On remplissait les stylos dans une bouteille d encre au lieu d acheter un nouveau stylo. On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations. Mais c est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste. Les gens utilisaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l école à vélo ou à pied, au lieu d utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 heures sur 24. Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d une année sur l autre, les crayons de couleurs, gomme, taille crayon et autres accessoires duraient tant qu ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rue. Mais, c est vrai, on ne connait pas le mouvement écologique. On n avait qu une prise de courant par pièce, et pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d aujourd hui. Alors viens pas me faire c. avec ton mouvement écologiste Vous l avez compris c est de l humour, mais sur le fond cela est à méditer, nos dirigeants politiques ne cessent de nous gaver de messages pessimistes sur les réformes indispensables que doit engager le pays. Regardez à travers cette réflexion où se trouve l environnement et pour d autres sujets il en est de même, à quand la gestion de l humain d abord. Page 4 Numéro 43 janvier 2016 TAFTA : Le piège caché Négocié depuis le mois de juillet 2013, TAFTA, l'accord commercial trans-atlantique ou Trans-Atlantic Free Trade Agreement (aussi connu sous le nom de TTIP, Transatlantic Trade and Investment Partnership ou Partenariat Transatlantique de Commerce et d'investissement) est un projet d'accord commercial entre l'union européenne et les États-Unis. L objectif de cet accord de libre-échange transatlantique est d instituer une zone de libreéchange et d investissement entre les Etats-Unis et l Union Européenne et de créer ainsi un marché commun aux règles simplifiées pour les 820 millions de consommateurs européens et américains. Le cœur de la négociation porte sur l harmonisation des réglementations, juridiques, comptables, financières, environnementales, sanitaires, phytosanitaires, techniques, d étiquetage, de protection des marques et brevets, etc. Ce projet concerne donc des domaines aussi variés que l'accès aux médicaments, la sécurité alimentaire ou le règlement des différents privés-publics. L objectif est de libéraliser au maximum le commerce entre les deux rives de l Atlantique, en: réduisant les droits de douane ; réduisant les «barrières réglementaires», c est-à-dire les différences de réglementations qui empêchent l Europe et les Etats-Unis de s échanger tous leurs produits et services, et qui génèrent des coûts supplémentaires; Deux exemples de barrières règlementaires Aux Etats-Unis, les feux arrières d une voiture doivent obligatoirement être couleur ambré, tandis qu ils doivent être blancs en Europe ce qui oblige les constructeurs à produire deux modèles différents selon le marché de destination. Tout le monde est à peu près d accord pour dire qu il serait plus judicieux d harmoniser ces réglementations. En Europe, beaucoup d Etats refusent, au nom du principe de précaution, d autoriser la culture d organismes génétiquement modifiées (OGM), alors que les Américains sont beaucoup plus souples pour les mettre sur le marché, et les interdire a posteriori en cas de problème. Qui a raison? D'après une étude du Center for Economic Policy Research commandée par la Commission européenne, la signature de cet accord permettrait une croissance économique de 119 milliards d euros par an pour l Union européenne et de 95 milliards d euros par an pour les Etats-Unis, soit une augmentation de 0.5 % et de 0.4 % des PIB respectifs d ici à Selon un document de la commission européenne, d après un des scénarios les plus ambitieux, le TAFTA pourrait augmenter de plusieurs millions le nombre d emplois dans l exportation En filigrane de ces promesses de croissance économique se dessine surtout la volonté de créer un bloc économique puissant pour faire face à la concurrence des pays émergents, et plus particulièrement la Chine. Ce traité transatlantique permettrait ainsi à l Occident de conserver l influence que lui procurait naguère l OMC : fixer dès maintenant les normes des produits et services échangés dans le monde permettrait d imposer des standards occidentaux Mouez Ar Menez Page 5 Pourquoi le TAFTA rencontre-t-il une opposition si farouche? L enjeu du Traité est aussi crucial que complexe : la constitution d un immense marché représentant 40% du PIB mondial et environ 800 millions de consommateurs, régi par des normes communes sanitaires, environnementales, sociales, techniques, de sécurité. Mais lesquelles? Les règles européennes reconnues plus protectrices? Ou devra-t-on consentir à ouvrir notre marché aux fameux bœuf aux hormones et poulet au chlore? Et en cas de conflit entre un Etat modifiant sa législation et une grande entreprise qui a investi sur son sol, est-ce encore la loi du pays qui tranchera ou une juridiction privée? Les «anti» dénoncent d abord l opacité dans lesquelles sont menées les discussions. Les Etats-membres et le Parlement européen ont donné mandat à la Commission pour négocier en leur nom. Si le texte a été connu, c est accidentellement, au détour de fuites dans la presse. Et quatre cycles de négociations ont déjà eu lieu sans que les citoyens en sachent les détails, pointent les opposants. Pour Henri Weber, député européen, le traité, s il est bien ficelé, comporterait deux avantages clés: l accès plus large des entreprises européennes aux marchés publics américains ouverts seulement à 35% aux étrangers contre 85% pour les marchés publics européens et la «bataille mondiale pour le pouvoir normatif». «Si Européens et Américains s entendent, leurs normes s imposeront comme les normes mondiales. Sinon ce sera Pékin et les émergents qui fixeront les leurs», prévient l eurodéputé. Le projet semble positif mais faut-il se limiter à un point de vue comme celui-ci? Le projet de traité prévoit la création d un mécanisme juridique dit «investisseur-etat» offrant des droits exorbitants aux entreprises. Concrètement, cette disposition donnerait à toute entreprise américaine investissant dans un pays européen le droit de réclamer devant un tribunal d arbitrage privé des dédommagements financiers de la part d un État dont une nouvelle loi, ou une norme, seraient de nature à porter atteinte aux profits actuels ou envisagés de l entreprise contrariée. Cette instance arbitrale disposerait donc du pouvoir d invalider des réglementations sur le seul motif qu elles constituent des atteintes au libre commerce, mais aussi de faire payer des amendes directement prélevées sur le trésor public des Etats. Cette disposition constituerait une atteinte insupportable à la souveraineté des peuples et à la démocratie. C'est ainsi qu'il ne faut pas oublier qu'en Australie et en Uruguay, le géant de la cigarette Philip Morris a assigné ces deux pays devant un tribunal spécial suite à des législations antitabac jugées trop contraignantes. Au Canada, c'est la multinationale Lone Pine, exploitant le gaz de schiste, qui demande 250 millions de dollars de réparation à cause du moratoire sur la fracturation hydraulique mis en place au Québec. Aux États-Unis, plus de 400 millions de dollars ont été versés aux multinationales en compensation de mesures décidées par l État fédéral, comme l interdiction de produits toxiques, l encadrement de l exploitation de l eau, du sol ou du bois... Page 6 Numéro 43 janvier 2016 Rencontre sur la ruralité Le jeudi 26 novembre 2015 Jean Yves Crenn Maire de Loperec et moi-même avont été invités à l Elysée pour un déjeuner d échanges sur le monde rural. 6 maires de communes rurales venant d autres régions Françaises recevaient la même invitation de la part de Régis Vallaud, secrétaire général adjoint et de Bernard Poignant conseiller du Président. L objectif de la rencontre était d avoir un échange libre sur la situation des territoires ruraux. En particulier il s agissait de donner notre opinion sur les initiatives et annonces faites lors du comité interministériel aux ruralités de Vesoul du 14 septembre 2015 faisant suite au comité du 13 mars 2015 à Laon. Ce dernier comité vient compléter avec 21 mesures les 48 autres précédentes autour de deux grandes priorités. Priorité 1: Accompagner les habitants au quotidien Accès aux soins en favorisant l installation de jeunes médecins, en créant des maisons de santé Accès aux nouvelles technologies, fibre optique, 4G etc. Mobilité. Priorité 2: Accompagner les territoires Soutien à la rénovation des centres bourg Soutien à la rénovation thermique et à la transition énergétique Renforcer les bourgs centre et villes moyennes Nous avons émis nos avis et surtout affirmé la nécessité de maintenir des communes rurales, dernier lien du service public dans nos campagnes. Daniel Caillarec Mouez Ar Menez Page 7 Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte Le 12 octobre 2015 José Le Guelaff Président du syndicat (SIECE) et moi-même représentant le pays COB avons pris le chemin du Ministère de l environnement à l invitation de Mme Ségolène Royal pour la signature d une convention «Territoire à énergie positive pour la croissance verte». Nous étions accompagnés de maires représentants du pays COB signataires et bénéficiaires de ces mêmes conventions (Kergloff, Cleden Poher, Le Faou, Guiscriff, Lannedern). A l origine en novembre 2014 l état lance un appel à projet Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte avec un délai de réponse très court. Le 15 décembre 2014 le pays COB associé à l ALECOB candidate à cet appel à projet -500 territoires en France font de même 212 seront retenus dont 6 en Bretagne le pays COB devient bénéficiaire d une première tranche de soutien ( ). Le cadrage de l aide nous impose une réponse rapide, nous ciblons donc des projets opérationnels sous peu autour de trois thèmes. Ecole à énergie positive : Berné, Cleden Poher, Guiscriff, Kergloff, Lannedern bénéficieront d une aide de chacune pour leur rénovation énergétique. Rénovation de l éclairage public : SIECE (21 communes) aide de SDEM Guiscriff, Gourin, Berné aide de SDEF Coray, Trégourez aide de 6000 Filière bois et éco construction : Pays COB aide de Cet appui financier s accompagne d une aide à l animation via l ADEME pour le Pays COB et l ALECOB et de financement à taux bonifiés pour les investisseurs. Les opérations énumérées ci-dessus sont une première étape dans le déploiement du dispositif TEPCV et concerne essentiellement le 1 er chapitre du programme. 1. Réduction de la consommation énergétique dans les bâtiments et l espace public. 2. Diminutions des gaz à effet de serre. 3. Développement de l économie circulaire. 4. Production d énergies renouvelables locales. 5. Préservation de la biodiversité. 6. Promotion de l éducation à l environnement et à l éco citoyenneté. Pour un montant d aide pouvant atteindre 2 millions d Euros. Nous remettons donc le pied à l étrier pour faire avancer d autres projets. Daniel Caillarec Page 8 Numéro 43 janvier 2016 Skol Ar gwennili Dès le début d année les enfants sont partis à la découverte de l écomusée des monts d arrée à Commana. Ils ont pu découvrir les moulins, la fabrication du pain et l activité économique des villages d autrefois. Pour le spectacle de fin d année, les enfants, devant un public nombreux et conquis, nous ont présenté des chants de Noël. Le spectacle s est poursuivi par une distribution de chocolat à l ensemble des élèves ainsi que par le traditionnel apéritif de l APE. L APE en a profité pour réaliser le tirage de la tombola qui permet de financer les sorties scolaires de l année et l achat de matériel. Mouez Ar Menez Page 9 APE Lors de son assemblée générale de rentrée, la présidente Estelle Le Pennec a fait part de son souhait de passer le flambeau après 5 années à la tête de l APE. C est Xavière Bennaoum qui a accepté de prendre la suite. Le bureau reste inchangé à l exception d Estelle Le Pennec qui devient secrétaire adjointe. Halloween Le 31 octobre une ribambelle de petits monstres, sorcières, goules, vampires et fantômes a convergé place de la fontaine. C est, accompagnées de parents et sous un soleil radieux que ces terreurs ont ratissé les rues du bourg à la recherche de friandises. Les vieilles Charrues Comme chaque année un groupe de bénévoles participe au Festival Carhaisien au profit de L APE. Yveline CORBEL et Odile THOMAS co-responsables de l équipe ont remis à la présidente de l APE un chèque de Cette somme va permettre de financer les sorties scolaires de l année. Page 10 Numéro 43 janvier 2016 Motreff Rando Motreff Rando vient de se réveiller, l association vient d élire son nouveau bureau: Didier Le Gourrierec (président), Samuel Féat (vice-président), Philippe Tranchard (trésorier), Françoise Le Chevrel (trésorière adjointe), Stéphane Le Clech (secrétaire) et Lydie Cano (secrétaire adjointe). L association souhaite valoriser toutes les formes de randonnées ainsi que la restauration du patrimoine Motreffois. Réalisation d un pont au Brugoù Une équipe de bénévoles emmenée par Didier le Gourrierec et accompagnée de Jean Marc, Alex et Jean Claude s est occupée de réaliser une passerelle permettant de traverser Le Sterlenn au niveau de l étang. Mouez Ar Menez Page 11 Jessica Salaün - Stagiaire à la Mairie Depuis septembre Jessica vous accueille à la Mairie, ceci dans le cadre de son stage d'agent administratif polyvalent. Odile Thomas, notre secrétaire de mairie a pris sous son aile Jessica, jeune Spézétoise de 20 ans dans le cadre d'une formation au métier d'agent d'accueil polyvalent. Cinq sessions de formation ont été organisées pour 15 stagiaires depuis 2010, dans un partenariat entre le Centre de Gestion et Pôle emploi. L'objectif est de permettre aux candidats d'acquérir les compétences particulières (statut, état-civil...) pour devenir des agents qualifiés et autonomes répondant aux attentes précises des collectivités territoriales. Ces formations, ouvertes
Related Search
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks