LE GROUPE BANQUE TD SIGNE UNE ENTENTE EN VUE DE L ACQUISITION DE SERVICES FINANCIERS CHRYSLER LE 21 DÉCEMBRE PDF

Description
LE GROUPE BANQUE TD SIGNE UNE ENTENTE EN VUE DE L ACQUISITION DE SERVICES FINANCIERS CHRYSLER LE 21 DÉCEMBRE 2010 LIMITATION DE RESPONSABILITÉ LES RENSEIGNEMENTS CONTENUS DANS LA PRÉSENTE TRANSCRIPTION

Please download to get full document.

View again

of 20
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Information
Category:

Word Search

Publish on:

Views: 15 | Pages: 20

Extension: PDF | Download: 0

Share
Transcript
LE GROUPE BANQUE TD SIGNE UNE ENTENTE EN VUE DE L ACQUISITION DE SERVICES FINANCIERS CHRYSLER LE 21 DÉCEMBRE 2010 LIMITATION DE RESPONSABILITÉ LES RENSEIGNEMENTS CONTENUS DANS LA PRÉSENTE TRANSCRIPTION SONT UNE REPRÉSENTATION TEXTUELLE DE LA CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE TENUE PAR LA BANQUE TORONTO-DOMINION («LA BANQUE» OU «LA TD») AU SUJET DE L ACQUISITION DES SERVICES FINANCIERS CHRYSLER; BIEN QUE DES EFFORTS SOIENT FAITS POUR FOURNIR UNE TRANSCRIPTION EXACTE, DES ERREURS, DES OMISSIONS OU DES IMPRÉCISIONS IMPORTANTES PEUVENT S ÊTRE GLISSÉES LORS DE LA TRANSMISSION DE LA SUBSTANCE DE LA CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE. EN AUCUN CAS LA TD N ASSUME-T-ELLE DE RESPONSABILITÉ À L ÉGARD DE DÉCISIONS DE PLACEMENT OU D AUTRES DÉCISIONS PRISES EN FONCTION DES RENSEIGNEMENTS FOURNIS DANS LE SITE WEB DE LA TD OU LA PRÉSENTE TRANSCRIPTION. LES UTILISATEURS SONT INVITÉS À PRENDRE CONNAISSANCE DE LA WEBDIFFUSION ELLE-MÊME (ACCESSIBLE SUR TD.COM/FRANCAIS/RAPPORTS), AINSI QUE DES DOCUMENTS DÉPOSÉS PAR LA TD AUPRÈS DES ORGANISMES DE RÉGLEMENTATION, AVANT DE PRENDRE DES DÉCISIONS DE PLACEMENT OU AUTRES. MISE EN GARDE À L ÉGARD DES ÉNONCÉS PROSPECTIFS De temps à autre, la Banque fait des énoncés prospectifs, écrits et verbaux, y compris dans le présent document, dans d autres documents déposés auprès des organismes de réglementation canadiens ou de la Securities and Exchange Commission des États-Unis et dans d autres communications. En outre, des représentants de la Banque peuvent formuler verbalement des énoncés prospectifs aux analystes, aux investisseurs, aux représentants des médias et à d autres personnes. Tous ces énoncés sont faits conformément aux dispositions d exonération et constituent des énoncés prospectifs selon les lois canadiennes et américaines sur les valeurs mobilières applicables, y compris la loi américaine intitulée Private Securities Litigation Reform Act de Les énoncés prospectifs comprennent, entre autres, les énoncés figurant dans le présent document, le rapport de gestion de 2010 de la Banque à la rubrique «Sommaire et perspectives économiques» et, pour chacun de nos secteurs d exploitation, aux rubriques «Perspectives et orientation pour 2011» ainsi que d autres énoncés concernant les objectifs et les priorités de la Banque pour 2011 et par la suite et les stratégies pour les atteindre, ainsi que le rendement financier prévu de la Banque. Les énoncés prospectifs se reconnaissent habituellement à l emploi de termes et expressions comme «croire», «prévoir», «anticiper», «avoir l intention de», «estimer», «planifier» et «pouvoir», et de verbes au futur ou au conditionnel. De par leur nature, ces énoncés obligent la Banque à formuler des hypothèses et sont assujettis à des risques et incertitudes, généraux ou spécifiques. Particulièrement du fait de l incertitude qui plane sur les environnements financier, économique et réglementaire, de tels risques et incertitudes dont bon nombre sont indépendants de la volonté de la Banque et dont les répercussions peuvent être difficiles à prévoir peuvent faire en sorte que les résultats réels diffèrent considérablement de ceux avancés dans les énoncés prospectifs. Les facteurs de risque qui pourraient entraîner de tels écarts incluent les risques, notamment de crédit, de marché (y compris les marchés des actions, des marchandises, de change et de taux d intérêt), d illiquidité, d exploitation, de réputation, d assurance, de stratégie et de réglementation ainsi que les risques juridiques, environnementaux et les autres risques, tous présentés dans le rapport de gestion de Parmi les autres facteurs de risque, mentionnons l incidence des récentes modifications législatives aux États-Unis, comme il est mentionné à la rubrique «Événements importants en 2010» de la section «Notre rendement» du rapport de gestion de 2010; les modifications aux lignes directrices sur les fonds propres et les liquidités et les instructions relatives à la présentation ainsi que leur nouvelle interprétation; l augmentation des coûts de financement de crédit causée par l illiquidité des marchés et la concurrence pour l accès au financement; le défaut de tiers de se conformer à leurs obligations envers la Banque ou ses sociétés affiliées relativement au traitement et au contrôle de 1 l information. Cette énumération n est pas une liste exhaustive de tous les facteurs de risque possibles et d autres facteurs pourraient également avoir une incidence négative sur les résultats de la TD. Pour de plus amples renseignements, se reporter à la section «Facteurs de risque et gestion des risques» du rapport de gestion de Les lecteurs doivent tenir compte de ces facteurs attentivement, ainsi que d autres incertitudes et événements possibles, de même que de l incertitude inhérente aux énoncés prospectifs, avant de prendre des décisions à l égard de la Banque et ne devraient pas se fier indûment aux énoncés prospectifs de la Banque. Les hypothèses économiques importantes étayant les énoncés prospectifs figurant dans le présent document sont décrites dans le rapport de gestion de 2010 à la rubrique «Sommaire et perspectives économiques» ainsi qu aux rubriques «Perspectives et orientation pour 2011» pour chacun des secteurs d exploitation, telles qu elles sont mises à jour dans les rapports aux actionnaires trimestriels déposés par la suite. Tout énoncé prospectif figurant dans le présent document représente le point de vue de la direction uniquement à la date des présentes et est communiqué afin d aider les actionnaires de la Banque et les analystes à comprendre la situation financière, les objectifs et priorités et le rendement financier prévu de la Banque aux dates indiquées et pour les trimestres terminés à ces dates et peut ne pas convenir à d autres fins. La Banque n effectuera pas de mise à jour des énoncés prospectifs, écrits ou verbaux, qui peuvent être faits de temps à autre par elle ou en son nom, à l exception de ce qui est exigé en vertu des lois sur les valeurs mobilières applicables. 2 PARTICIPANTS AU SEIN DE L ENTREPRISE Ed Clark La Banque Toronto-Dominion président du Groupe et chef de la direction Tim Hockey La Banque Toronto-Dominion chef de groupe, Services bancaires canadiens et Assurance Tom Gilman Président et chef de la direction de Services financiers Chrysler Bharat Masrani La Banque Toronto-Dominion chef de groupe, Services bancaires personnels et commerciaux aux États-Unis Colleen Johnston La Banque Toronto-Dominion chef des finances et chef de groupe, Finances Mark Chauvin La Banque Toronto-Dominion chef de groupe et chef de la gestion des risques Mushtak Najarali La Banque Toronto-Dominion vice-président, Relations avec les investisseurs PARTICIPANTS À LA CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE Michael Goldberg Valeurs mobilières Desjardins analyste Steve Theriault Merrill Lynch Canada analyste John Aiken Barclays Capital analyste Brad Smith Stonecap Securities analyste Mario Mendonca Canaccord Genuity analyste Brian Klock KBW analyste John Reucassel BMO Marchés des capitaux analyste André-Philippe Hardy RBC Marchés des Capitaux analyste Sumit Malhotra Macquarie Capital Markets analyste Darko Mihelic Cormark Securities analyste 3 PRÉSENTATION Mushtak Najarali La Banque Toronto-Dominion vice-président, Relations avec les investisseurs Merci à notre téléphoniste. Bonjour et bienvenue! Nous sommes honorés de vous compter parmi nos invités à cette présentation du Groupe Banque TD, au sujet de l acquisition de Services financiers Chrysler. Je m appelle Mushtak Najarali et je suis vice-président, Relations avec les investisseurs à la Banque. Pour commencer, Ed Clark, le chef de la direction de la Banque, vous dira quelques mots. Ensuite, Tim Hockey, chef de groupe, Services bancaires canadiens et Assurance, Tom Gilman, président et chef de la direction de Services financiers Chrysler, Bharat Masrani, chef de groupe, Services bancaires personnels et commerciaux aux États-Unis et Colleen Johnston, chef des finances de la Banque, passeront en revue les détails de l acquisition. Mark Chauvin, chef de la gestion des risques, est également présent pour répondre à vos questions. Après la présentation, nous répondrons aux questions posées par les analystes et investisseurs sélectionnés à l avance qui participent à cette conférence. Nous préférons que celle-ci ne dure pas plus de 45 minutes. Veuillez maintenant passer à la diapositive 2. Permettez-moi d abord de faire la mise en garde suivante : la présentation contient des énoncés de nature prospective; il est donc possible que les résultats réels diffèrent sensiblement de ce dont nous discutons aujourd hui. Tout énoncé prospectif contenu dans cette présentation représente l opinion de la direction et est communiqué afin d aider les actionnaires de la TD et les analystes à comprendre la situation financière, les objectifs et les priorités de la TD, ainsi que ses résultats financiers prévus; il peut ne pas convenir à d autres fins. Nous avons eu recours, lors de la formulation de ces énoncés, à des hypothèses et facteurs importants, au sujet desquels on pourra lire des précisions dans le communiqué de presse publié aujourd hui et dans le rapport de gestion de l exercice Tous ces documents figurent dans notre site Web, à l adresse td.com. Je vais maintenant demander à Ed de poursuivre la présentation. Merci, Mushtak, et merci à vous tous qui êtes avec nous ce matin. C est avec plaisir que nous vous annonçons aujourd hui la transaction que nous avons conclue pour acquérir Services financiers Chrysler. C est exactement le genre de transaction que nous envisagions. Elle nous aidera à régler l important problème de la génération d actifs dans nos activités aux États-Unis. La croissance interne des prêts est satisfaisante dans nos succursales de détail. Nos activités de dépôt dépassent les 130 milliards de dollars US aux États-Unis et sont donc pour nous une source de richesse. Nous étions à la recherche d une plateforme en vue d accroître notre rythme de génération d actifs et nos capacités. L acquisition de Services financiers Chrysler répond à toutes ces exigences. Comme vous le savez, notre objectif prioritaire consiste à prendre de l expansion dans les secteurs où nous exerçons nos activités. Grâce à nos acquisitions aux États-Unis, nous figurons maintenant parmi les dix plus grandes entreprises de services bancaires personnels en Amérique du Nord. Cette transaction nous permettra d accéder aux rangs des cinq plus importants prêteurs auto nord-américains appartenant à une banque. La conférence téléphonique vous donnera l occasion d entendre plusieurs de nos hauts dirigeants. Nous avons décidé de nous servir de cette acquisition pour créer un modèle nord-américain, en ce qui 4 concerne nos activités de prêt auto. Nous regroupons les activités de Services financiers Chrysler à nos portefeuilles de prêt canadien et américain, sous la direction de Tom Gilman, qui est actuellement le chef de la direction de Services financiers Chrysler et qui se joint à l équipe de la TD. Il relèvera à la fois de Bharat Masrani et de Tim Hockey, pour le risque financier et les processus réglementaires. L exploitation des activités nord-américaines de prêt auto s exécutera sous la direction de Tim Hockey. Nous avons déjà une présence dans ce secteur, autant aux États-Unis qu au Canada. Plusieurs d entre vous savez déjà que nous avons acquis il y a deux ans la société VFC, qui est un prêteur auto indirect au Canada; nous y avons gagné une équipe de gestion formidable, qui a augmenté le chiffre d affaires au Canada et considérablement accru notre part de ce marché. Aux États-Unis, notre équipe de gestion a réussi à se tailler une bonne place dans le secteur du financement auto, grâce à l acquisition de Banknorth. Avec Services financiers Chrysler, nous ajoutons à notre connaissance et à notre expérience de ce marché les bases qui nous manquaient aux États-Unis. Nous possédons des systèmes de pointe et un personnel talentueux, c est-à-dire les éléments d infrastructure clés qui soutiendront nos plans de croissance. Comme d habitude, nous ne sommes disposés à conclure une entente que si elle respecte notre tolérance à l égard du risque. Pourquoi serait-ce différent avec Services financiers Chrysler? Cette entreprise se spécialise dans le crédit de première qualité ou de qualité intermédiaire. Nous sommes donc très à l aise, en ce qui a trait au risque de crédit de l actif que nous acquérons. Pour ce qui est de notre réseau, nous nous concentrerons encore, dans le secteur des services bancaires personnels, sur la côte Est des États-Unis. Nous sommes bien placés pour y poursuivre notre croissance, soit à l interne, soit par l intermédiaire des banques acquises cette année. En ce qui concerne le prêt auto de détail, ce secteur exige des activités de portée nationale. Toutefois, contrairement aux autres types de crédit personnel ou commercial, la présence physique et l expertise locale n y sont pas des facteurs aussi déterminants. Le marché du financement automobile est important et nous sommes confiants que notre expérience nous permettra de nous y tailler une place. Services financiers Chrysler, qui possède une base de croissance dans cette catégorie d actif, nous permettra de diversifier notre portefeuille de prêt aux États- Unis. Nous pourrons aussi regrouper l entreprise acquise et notre infrastructure actuelle sans que les efforts d intégration exigés de notre équipe américaine soient trop importants. Nous nous portons acquéreurs d un actif de haute qualité, mais nous nous attendons également à un épuisement assez rapide de la valeur comptable. En fait, nous avons conclu cette entente pour acquérir une plateforme et une capacité de génération d actifs. Nous payons une prime d environ 400 millions de dollars US pour obtenir la plateforme dont nous avons besoin pour réaliser notre objectif de croissance. Dans l ensemble, nous voyons la transaction dans une optique positive et elle est conforme à notre stratégie de croissance. Nous possédons dorénavant une infrastructure nord-américaine satisfaisante, qui nous permettra de mieux soutenir la concurrence aux États-Unis et de développer nos activités dans le secteur. Cela dit, je laisse maintenant la parole à Tim. Tim Hockey La Banque Toronto-Dominion chef de groupe, Services bancaires canadiens et Assurance Merci, Ed. Mes commentaires vont dans le même sens que les vôtres. Je suis très heureux de l acquisition de Services financiers Chrysler et de ce qu elle va apporter à la TD. Ses activités vont s ajouter aux affaires que nous réalisons déjà dans ce domaine et mettre en valeur notre réputation de leader du secteur. J aimerais vous donner un bref aperçu de l ampleur actuelle de nos activités au Canada et aux États-Unis. 5 Premièrement, nous ne sommes pas des recrues dans le secteur. La TD y est active depuis longtemps, est parfaitement à l aise avec le modèle d affaires et fait déjà partie des plus importants fournisseurs au Canada. Revenons un peu en arrière : les services de financement de la TD existent, au Canada, depuis la fusion en 2006 des activités de financement automobile de TD Canada Trust à celles de VFC Inc., un prêteur auto indirect. Aux États-Unis, TD Bank, America s most convenient bank, jouit d une forte et rentable présence dans les marchés du Nord-est; elle y fait partie des principaux prêteurs. Que dire aujourd hui de l ensemble de nos activités en Amérique du Nord? Passez à la diapositive 4; vous y voyez qu en Amérique du Nord, notre importante part de marché au Canada et notre présence actuelle aux États-Unis nous permettent d afficher un solde de prêts en cours de 14 milliards de dollars US. Nous en sommes redevables à nos ressources internes et à notre réseau de relations bancaires établi avec plus de concessionnaires. Ces relations continuent de se développer car la TD fournit à ce réseau des services exceptionnels et uniformes, conformément à son modèle de commodité et de service à la clientèle. Nous exerçons depuis longtemps dans ce secteur; il offre un potentiel de croissance dont nous voulons profiter. J y reviendrai plus tard; pour le moment, je cède la place à Tom Gilman, nouveau membre de l équipe de la TD, qui vous décrira brièvement la situation de Services financiers Chrysler aux États-Unis, dans le secteur du prêt auto. Tom Gilman président et chef de la direction de Services financiers Chrysler Merci, Tim. C est avec grand plaisir que je me joins à vous ce matin, à Toronto. À la TD, tous se sont montrés très accueillants à mon égard. Je veux vous donner un aperçu du secteur du financement automobile et de la situation particulière de Services financiers Chrysler. Je me situe d abord : je suis président du conseil et chef de la direction de Services financiers Chrysler; je travaille dans le secteur automobile depuis plus de 37 ans et j ai acquis l essentiel de mon expérience chez Chrysler. J ai travaillé pendant 22 ans dans les usines de construction automobile et, depuis 10 ans, je suis passé au secteur du financement. Services financiers Chrysler est une entreprise qui s autofinance; elle était à l origine l organe de financement captif de Chrysler et elle existe depuis plus de 45 ans. Il est évident que le secteur du financement automobile a subi d importants changements depuis quelques années. Voyons un peu quelles ont été les répercussions sur notre entreprise. En avril 2009, le constructeur automobile Chrysler a eu recours à la protection de la loi sur les faillites. Services financiers Chrysler, qui était une entreprise indépendante, demeurait solvable et a voulu en priorité rééquilibrer son bilan. Nous avons liquidé une partie de notre portefeuille, remboursé nos dettes et remis au gouvernement américain toutes les sommes que nous avions reçues. De toute évidence, s il restait des contraintes en vertu du programme TARP, elles sont maintenant disparues. Pendant ce temps, nos ressources internes fonctionnaient au ralenti, mais nous savions que notre entreprise était solide et nous avons continué à faire des investissements stratégiques dans les compétences de base nécessaires à l exploitation et dans le perfectionnement de nos technologies, de nos processus et de notre personnel. La solution optimale, pour Services financiers Chrysler, consistait cependant à trouver un partenaire solide, qui pourrait lui fournir un financement stable à long terme pour combler les besoins de sa clientèle et de ses concessionnaires. Nous avons noué d excellentes relations avec ces derniers parce que nous pensons comme des gens de l automobile et que nous comprenons ce dont ils ont besoin. La relation que nous amorçons avec la TD aujourd hui nous procurera la stabilité et une saine stratégie. Nous devons encore améliorer la valeur que nous offrons à nos concessionnaires. 6 Nous sommes maintenant en mesure d offrir des prêts pour toutes les marques de voitures et chez tous les concessionnaires où il est raisonnable de le faire. L annonce d aujourd hui prouve que nous avons trouvé un partenaire qui partage notre objectif de croissance. Nos deux entreprises accordent la priorité au service à la clientèle et ont adopté des pratiques sûres en matière de gestion des risques. L équipe de Services financiers Chrysler avait hâte de revenir à son objectif d expansion des affaires; avec la TD et grâce à un bilan équilibré, elle est maintenant en mesure de le faire. Je crois que nos deux entreprises iront très bien ensemble. Toute l équipe de Services financiers Chrysler est ravie de se joindre à la famille TD. Je rends maintenant la parole à Tim. Tim Hockey La Banque Toronto-Dominion chef de groupe, Services bancaires canadiens et Assurance Merci, Tom. Veuillez maintenant aller à la diapositive 6 et je vous parlerai plus précisément des avantages que cette entente apporte à la TD, qui jouit déjà d une position solide en Amérique du Nord. C est l envergure du marché qui nous a d abord attirés. Pour mettre les choses en perspective, le prêt auto n
Related Search
Similar documents
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks