La Jeune Fille Et La Nuit 6

Description
La Jeune Fille Et La Nuit de Guillaume Musso

Please download to get full document.

View again

of 4
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Information
Category:

Articles & News Stories

Publish on:

Views: 0 | Pages: 4

Extension: PDF | Download: 0

Share
Transcript
  6Paysage de neige La vitesse, la mer, minuit,tout ce qui est éclatant,tout ce qui est noir, tout ce qui perd, et donc permet de se trouver. Françoise S  1. Dimanche 20 décembre 1992 Je me réveillai tard le lendemain du meurtre. La veille au soir, pour sombrer, j’avais avalé deuxsomnifères dénichés dans la salle de bains familiale. Ce matin, la maison était vide et glacée. Ma mèreétait partie dans les Landes bien avant l’aube, et les plombs avaient sauté, coupant les radiateurs. Encoredans le brouillard, je passai un gros quart d’heure à bidouiller le compteur électrique avant de parvenir àrétablir le courant.Dans la cuisine, je trouvai sur le frigo un mot gentil de ma mère, qui m’avait préparé du pain perdu. Parla fenêtre, le soleil qui étincelait sur la neige me donnait l’impression d’être à Isola 2000, la station de skidu Mercantour où Francis avait un chalet dans lequel il nous invitait presque chaque hiver.Machinalement, j’allumai France Info . Depuis la veille, j’étais devenu un assassin, mais le mondecontinuait à tourner : l’horreur de Sarajevo, les enfants somaliens qui crevaient de faim, le scandale dusang contaminé, le choc PSG-OM qui avait tourné à la boucherie. Je me fis du café noir et dévorai monpain perdu. J’étais un assassin, mais je mourais de faim. Dans la salle de bains, je restai une demi-heuresous le jet de la douche où je vomis ce que je venais de manger. Puis je me brossai au savon de Marseillecomme je l’avais déjà fait la veille, mais j’avais la sensation que le sang d’Alexis Clément s’était incrustésur mon visage, sur mes lèvres et sur ma peau. Et qu’il y resterait toujours.Au bout d’un moment, la vapeur bouillante me monta à la tête et je manquai de m’évanouir. J’étaisagité, la nuque raide, les jambes flageolantes, l’estomac strié de brûlures acides. Mon esprit étaitsubmergé. Incapable de faire face et d’affronter la situation, je voyais mes pensées m’échapper. Il fallaitque tout ça cesse. Jamais je ne parviendrais à vivre comme si rien ne s’était passé. Je sortis de la doucheen ayant pris la décision d’aller me dénoncer au commissariat, puis je changeai d’avis presque dans laminute : si j’avouais quelque chose, je précipiterais également la chute de Maxime et de sa famille. Desgens qui m’avaient aidé et qui avaient pris des risques pour moi. Finalement, pour ne pas laisserl’angoisse me submerger, j’enfilai mon survêtement et je sortis courir. 2. Je fis trois fois le tour du lac, sprintant jusqu’à l’épuisement. Tout était blanc et givré. J’étais fasciné parle paysage. Tandis que je fendais l’air, j’avais l’impression de faire corps avec la nature, comme si lesarbres, la neige et le vent m’absorbaient dans leur cortex de cristal. Autour de moi, tout n’était quelumière et absolu. Une parenthèse glacée, un territoire vierge, presque irréel. La page blanche sur laquelle je me remis à croire que j’allais écrire les prochains chapitres de ma vie.En revenant vers la maison, les membres encore engourdis par la course, je fis un crochet par lebâtiment Nicolas-de-Staël. La résidence désertée avait des allures de vaisseau fantôme. J’eus beau frapper,ni Fanny ni Vinca n’étaient dans leur chambre. Si la porte de l’une était close, celle de l’autre était restéeouverte, laissant penser à une absence passagère. J’y entrai et demeurai un long moment dans ce coconouaté où régnait une tiède chaleur. La pièce était pleine de la présence de Vinca. Il s’en dégageait uneatmosphère mélancolique, intime, presque hors du temps. Le lit était défait, les draps portaient encore uneodeur fraîche de Cologne et d’herbe coupée.  Tout l’univers de la jeune femme tenait dans ces quinze mètres carrés. Punaisées sur le mur, les affichesde Hiroshima mon amour   et de La Chatte sur un toit brûlant  . Des portraits d’écrivains en noir et blanc– Colette, Virginia Woolf, Rimbaud, Tennessee Williams. Une page de magazine illustrée d’unephotographie érotique de Lee Miller par Man Ray. Une citation de Françoise Sagan recopiée sur une cartepostale qui évoquait la vitesse, la mer et le noir éclatant. Posées sur le rebord intérieur de la fenêtre, uneorchidée Vanda et la reproduction d’une statue de Brancusi,  Mlle Pogany , que je lui avais offerte pour unanniversaire. Au-dessus de son bureau, quelques CD empilés en vrac. Du classique – Satie, Chopin,Schubert –, de la bonne vieille pop – Roxy Music, Kate Bush, Procol Harum – ainsi que desenregistrements plus hermétiques qu’elle m’avait fait écouter, mais que je trouvais imbitables : PierreSchaeffer, Pierre Henry, Olivier Messiaen…Sur la table de nuit, je repérai un livre que j’avais aperçu la veille : un recueil de la poétesse russeMarina Tsvetaïeva. Sur la page de garde, la dédicace plutôt bien troussée d’Alexis Clément me plongeadans un accablement profond. Pour Vinca, Je voudrais n’être qu’une âme sans corps pour ne te quitter jamais.T’aimer, c’est vivre. Alexis J’attendis mon amie encore quelques minutes. Des picotements inquiets couraient dans mon ventre.Pour patienter, j’allumai la platine laser et lançai le CD. Sunday Morning , le premier titre de l’albummythique du Velvet Underground. Un morceau qui cadrait bien avec la situation. Diaphane, éthérée,toxique. J’attendis et attendis encore, jusqu’à ce que je comprenne confusément que Vinca ne reviendraitplus. Plus jamais. Comme un drogué, je restai un moment dans la chambre, humant et mendiant quelquesbribes de sa présence.Depuis toutes ces années, je me suis souvent interrogé sur la nature de l’emprise que Vinca exerçait surmoi, sur le vertige fascinant et douloureux qu’elle ouvrait en moi. Et j’en reviens toujours à la drogue.Même quand nous passions du temps ensemble, même lorsque j’avais Vinca tout à moi, la sensation demanque pointait déjà son nez. Il y eut des instants magiques : des séquences mélodiques et harmonieusesqui avaient la perfection de certaines chansons pop. Mais cette légèreté ne durait jamais longtemps. Aumoment même où je les vivais, je savais que la grâce de ces moments était pareille à une bulle de savon.Toujours sur le point d’exploser.Et Vinca m’échappait. 3. Je rentrai à la maison pour ne pas louper le coup de fil de mon père qui, tout juste débarqué du longvoyage entre la métropole et Tahiti, avait promis d’appeler juste avant 13 heures. Comme lescommunications étaient hors de prix et que Richard n’était pas très loquace, notre échange fut bref et unpeu froid, à l’image de ce qu’avaient toujours été nos relations.Puis je parvins à manger sans vomir la barquette de poulet au curry laissée par ma mère. Dansl’après-midi, je tentai tant bien que mal de repousser les pensées qui m’assaillaient en continuant ce que j’étais censé faire : des exercices de maths et de physique. Je réussis à résoudre quelques équationsdifférentielles, mais bientôt, je lâchai prise, renonçant à essayer de me concentrer. J’eus même un débutd’attaque de panique. Mon cerveau était envahi d’images du meurtre. En début de soirée, j’étaiscomplètement à la dérive lorsque ma mère m’appela. Alors que j’étais résolu à tout lui avouer, elle nem’en laissa pas le temps. Elle me proposa de venir la rejoindre dans les Landes dès le lendemain. Aprèsréflexion, elle avait décidé que ce n’était pas une bonne idée pour mon moral de me laisser seul pendantquinze jours. Mes révisions seraient moins pénibles en famille, argumenta-t-elle.Pour ne pas sombrer tout à fait, j’acceptai sa proposition. Je pris donc le train le lundi matin dans la nuitencore enneigée. Un premier trajet d’Antibes jusqu’à Marseille, puis un train Corail bondé qui arriva àBordeaux avec deux heures de retard. Entre-temps, le dernier TER était parti et la SNCF fut obligéed’affréter des bus jusqu’à Dax. Journée de galère ordinaire qui me vit arriver en Gascogne à minuit passé.Ma tante Giovana habitait dans un ancien pigeonnier perdu dans la campagne. Couverte de lierre, labâtisse avait un toit très abîmé et prenait l’eau de toute part. Dans les Landes, en cette fin d’année 1992, lapluie tomba presque sans arrêt. Il faisait nuit noire à 5 heures de l’après-midi et le jour donnaitl’impression de ne jamais vraiment se déployer.Je n’ai pas de souvenirs très précis de ces deux semaines pendant lesquelles je partageai le quotidien dema tante et de ma mère. Une ambiance étrange régnait dans la maison. Les journées s’enchaînaient,  courtes, froides, tristes. Il me semblait que nous étions tous les trois en convalescence. Ma mère et matante veillaient sur moi autant que je veillais sur elles. Parfois, lors de ces après-midi alanguis, ma mèrefaisait des crêpes que nous mangions, avachis, sur le canapé devant de vieux épisodes de Columbo ,d’  Amicalement vôtre  ou une énième rediffusion de L’Assassinat du père Noël  .De tout le séjour, je n’ai pas ouvert un cahier de maths ni de physique. Pour échapper à mes angoisses,pour échapper à mon présent, je fis ce que j’avais toujours fait : je lus des romans. Je n’ai pas de souvenirstrès précis de ces deux semaines, mais je me souviens parfaitement de tous les livres que j’ai lus. Durantcette fin d’année 1992, j’ai souffert avec les jumeaux du Grand Cahier   qui essayaient de survivre à lacruauté des hommes dans un territoire ravagé par la guerre. À Fort-de-France, j’ai parcouru le quartiercréole de Texaco , j’ai traversé la forêt amazonienne avec un Vieux qui lisait des romans d’amour  . J’étaisau milieu des chars, lors du Printemps de Prague, en méditant sur L’Insoutenable Légèreté de l’être . Lesromans ne m’ont pas guéri, mais ils m’ont soulagé un instant de la pesanteur d’être moi. Ils m’ont offertun sas de décompression. Ils ont constitué une digue contre la terreur qui déferlait sur moi.Pendant cette période où le soleil ne se levait jamais, j’avais chaque matin la certitude que je vivaismon dernier jour de liberté. Chaque fois qu’une voiture passait sur la route, j’étais persuadé que c’étaientles gendarmes qui venaient m’arrêter. L’unique fois où quelqu’un sonna à la porte, bien résolu à ne jamaisaller en prison, je montai en haut du pigeonnier pour avoir le temps, au cas où, de me précipiter dans levide. 4. Mais personne ne vint m’arrêter. Ni dans les Landes ni sur la Côte d’Azur.À Saint-Exupéry, lors de la rentrée de janvier, la vie reprit son cours normal. Ou presque. Si le nomd’Alexis Clément était sur toutes les lèvres, ce n’était pas pour déplorer sa mort, mais pour gloser sur ceque prétendait la rumeur : Vinca et son prof entretenaient depuis longtemps une liaison secrète et s’étaientenfuis ensemble. Comme toutes les histoires sulfureuses, celle-ci passionnait la communauté éducative.Chacun y allait de son commentaire, de sa confidence, de son anecdote. La meute prenait plaisir à défaireles réputations. Les langues se déliaient, pour se vautrer dans les ragots. Même certains profs dont j’admirais auparavant la hauteur de vue se laissaient aller aux commérages. Avec gourmandise, ilsrivalisaient de prétendus bons mots qui me donnaient la nausée. Quelques-uns surent rester dignes. Parmieux, Jean-Christophe Graff, mon prof de français, et Mlle DeVille, la prof de littérature anglaise deshypokhâgnes. Je n’assistais pas à ses cours, mais je l’entendis avoir cette formule dans le bureau de mamère : « Ne nous abaissons pas à fréquenter la médiocrité, car c’est une maladie contagieuse. »Je trouvai du réconfort dans cette sentence, et pendant longtemps, elle me servit de référence aumoment de prendre certaines décisions.Le premier à s’inquiéter réellement de la disparition de Vinca fut son grand-père et tuteur, le vieilAlastair Rockwell. Vinca me l’avait souvent décrit comme un patriarche autoritaire et taciturne.L’archétype de l’industriel self-made man  qui voyait dans l’éclipse de sa petite fille un potentielenlèvement et donc un acte d’agression par rapport à son clan. Les parents d’Alexis Clémentcommençaient également à se poser des questions. Leur fils avait prévu de passer une semaine au ski àBerchtesgaden avec des copains qu’il n’avait jamais rejoints, pas plus qu’il n’avait rendu visite à sesparents pour fêter comme de coutume le passage à la nouvelle année.Si ces deux disparitions plongeaient les familles dans l’inquiétude, les forces de l’ordre mirent un tempsfou à déployer des effectifs pour mener une enquête sérieuse. D’abord parce que Vinca était majeure,ensuite parce que la justice hésita longuement avant d’ouvrir une procédure. L’affaire était un sac denœuds au niveau de la juridiction compétente. Vinca était franco-américaine, Alexis Clément denationalité allemande. Le lieu de leur disparition n’était pas clairement défini. L’un d’entre eux était-ill’agresseur ? Ou étaient-ils tous les deux victimes ?Après la rentrée, il se passa donc une bonne semaine avant que les gendarmes ne se déplacent àSaint-Ex. Et leurs investigations se bornèrent à poser quelques questions à l’entourage immédiat de Vincaet du prof de philo. Ils fouillèrent sommairement leurs deux chambres et y apposèrent des scellés, sanstoutefois mobiliser de techniciens de la police scientifique.Ce n’est que bien plus tard, à la fin du mois de février, après la venue en France d’Alastair Rockwell,que les choses s’accélérèrent. L’homme d’affaires fit jouer ses relations et annonça dans les médias qu’ilavait engagé un détective privé pour retrouver sa petite-fille. Il y eut une autre descente de flics – cettefois des types de la SRPJ de Nice. Ils auditionnèrent plus de monde – j’y eus droit, ainsi que Maxime etFanny – et pratiquèrent plusieurs prélèvements ADN dans la chambre de Vinca.Peu à peu, les témoignages et les documents saisis permirent de mieux cerner le déroulement des   journées du dimanche 20 décembre et du lundi 21 décembre. Les deux jours où Vinca et Alexis s’étaientévaporés dans la nature.Ce fameux dimanche, vers 8 heures du matin, Pavel Fabianski, le gardien du lycée, affirmait ainsi avoirlevé la barrière qui barrait l’accès de l’établissement pour laisser sortir l’Alpine A310 conduite parClément. Fabianski était formel : Vinca Rockwell, assise sur le siège passager, avait ouvert sa vitre et luiavait fait un signe de la main pour le remercier. Rebelote quelques minutes plus tard, au rond-point duHaut-Sartoux, où deux employés communaux qui déblayaient la neige avaient vu la voiture de Clémentlégèrement patiner dans le carrefour avant de prendre la direction d’Antibes. C’est d’ailleurs avenue de laLibération, aux abords de la gare antiboise, que l’on avait retrouvé l’Alpine de l’enseignant, garée devantune laverie automatique. Dans le train en direction de Paris, de nombreux voyageurs se souvenaient d’une jeune femme rousse accompagnée d’un homme portant une casquette de Mönchengladbach – le club defoot préféré de Clément. Le dimanche soir, le veilleur de nuit de l’hôtel Sainte-Clotilde – situé rue deSaint-Simon dans le septième arrondissement de Paris – avait lui aussi assuré que Mlle Vinca Rockwell etM. Alexis Clément étaient bien descendus pour une nuit dans l’établissement. Il avait réalisé desphotocopies de leurs passeports. La réservation de leur chambre avait été effectuée la veille par téléphoneet réglée sur place. Les consommations du minibar comprenaient une bière, deux paquets de Pringles et un jus d’ananas. Le veilleur de nuit se rappelait même que la demoiselle avait joint la réception pourdemander s’ils avaient du Coca à la cerise, mais la réponse avait été négative.Jusque-là, le scénario de la cavale amoureuse tenait la route. Ensuite, les enquêteurs perdaient la pistedes deux amants. Vinca et Alexis n’avaient pas pris de petit déjeuner ni dans leur chambre ni dans la sallecommune. Une femme de ménage les avait vus sortir dans le couloir, tôt le matin, mais personne ne sesouvenait avec précision de leur départ. Un nécessaire de toilette – contenant aussi du maquillage, unebrosse Mason Pearson et un flacon de parfum – avait été retrouvé dans la salle de bains et déposé dans unlocal de maintenance où l’hôtel conservait les objets oubliés par ses clients.C’est là que s’arrêta l’enquête. Aucun témoignage crédible ne vint jamais rapporter la présence deVinca et de Clément dans un autre lieu. À l’époque, la plupart des gens s’attendaient à les voirréapparaître une fois les feux de la passion éteints. Les avocats d’Alastair Rockwell s’obstinèrentnéanmoins. En 1994, ils obtinrent que la justice ordonne une analyse génétique sur la brosse à dents et labrosse à cheveux trouvées dans la chambre d’hôtel. Les résultats confirmèrent qu’il s’agissait bien del’ADN de Vinca, ce qui ne fit pas progresser l’enquête d’un pouce. Peut-être un flic obstiné ou obsédéavait-il depuis pris soin de relancer une investigation symbolique pour éviter que le dossier ne soit frappéde prescription, mais à ma connaissance, ce fut le dernier acte de l’enquête.Alastair Rockwell tomba gravement malade et décéda en 2002. Je me souvenais de l’avoir rencontréquelques semaines avant le 11 septembre 2001 au quarante-neuvième étage du World Trade Center où sonentreprise avait ses bureaux new-yorkais. Il m’avait confié que Vinca lui avait plusieurs fois parlé de moiet qu’elle me décrivait comme un garçon gentil, élégant et délicat. Trois adjectifs qui, dans la bouche duvieil homme, ne sonnaient pas comme des compliments. J’avais eu envie de lui répliquer que j’étaistellement délicat que j’avais défoncé un type qui me dépassait d’une tête avec une barre de fer, mais jen’avais évidemment rien dit. J’avais sollicité cette entrevue pour savoir si le détective qu’il avait engagélui avait apporté des éléments nouveaux sur la disparition de sa petite-fille. Il me répondit par la négativesans que je sache si c’était la vérité.Puis le temps passa. Au fil des années, plus personne ne se soucia vraiment de savoir ce qu’étaitdevenue Vinca Rockwell. J’étais l’un des seuls à ne pas avoir tourné la page. Parce que je savais que laversion officielle était fausse. Et parce qu’une interrogation n’avait cessé de me hanter depuis. La fuite deVinca était-elle liée au meurtre d’Alexis Clément ? Étais-je responsable de la disparition de la fille que j’avais tant aimée ? Ça faisait plus de vingt ans que je cherchais un éclaircissement à ce mystère. Et jen’avais toujours pas le moindre début de réponse.
Related Search
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks