L'histoire des techniques avant la révolution industrielle

Description
L'histoire des techniques avant la révolution industrielle Autor(en): Objekttyp: Pelet, Paul-Louis Article Zeitschrift: Schweizerische Zeitschrift für Geschichte = Revue suisse d'histoire = Rivista storica

Please download to get full document.

View again

of 15
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Information
Category:

Lifestyle

Publish on:

Views: 0 | Pages: 15

Extension: PDF | Download: 0

Share
Transcript
L'histoire des techniques avant la révolution industrielle Autor(en): Objekttyp: Pelet, Paul-Louis Article Zeitschrift: Schweizerische Zeitschrift für Geschichte = Revue suisse d'histoire = Rivista storica svizzera Band (Jahr): 32 (1982) Heft 2 PDF erstellt am: Persistenter Link: Nutzungsbedingungen Die ETH-Bibliothek ist Anbieterin der digitalisierten Zeitschriften. Sie besitzt keine Urheberrechte an den Inhalten der Zeitschriften. Die Rechte liegen in der Regel bei den Herausgebern. Die auf der Plattform e-periodica veröffentlichten Dokumente stehen für nicht-kommerzielle Zwecke in Lehre und Forschung sowie für die private Nutzung frei zur Verfügung. Einzelne Dateien oder Ausdrucke aus diesem Angebot können zusammen mit diesen Nutzungsbedingungen und den korrekten Herkunftsbezeichnungen weitergegeben werden. Das Veröffentlichen von Bildern in Print- und Online-Publikationen ist nur mit vorheriger Genehmigung der Rechteinhaber erlaubt. Die systematische Speicherung von Teilen des elektronischen Angebots auf anderen Servern bedarf ebenfalls des schriftlichen Einverständnisses der Rechteinhaber. Haftungsausschluss Alle Angaben erfolgen ohne Gewähr für Vollständigkeit oder Richtigkeit. Es wird keine Haftung übernommen für Schäden durch die Verwendung von Informationen aus diesem Online-Angebot oder durch das Fehlen von Informationen. Dies gilt auch für Inhalte Dritter, die über dieses Angebot zugänglich sind. Ein Dienst der ETH-Bibliothek ETH Zürich, Rämistrasse 101, 8092 Zürich, Schweiz, MISZELLEN - MELANGES L'HISTOIRE DES TECHNIQUES AVANT LA REVOLUTION INDUSTRIELLE Par Paul-Louis Pblet /. L'historien face au savoir-faire ancien Formes dans une faculte des lettres ou des sciences economiques, la plupart des historiens se sentent mal ä l'aise face aux problemes qui relevent de la meeanique ou de la chimie. Loin d'en nier l'importance pour les societes humaines, ils utilisent les inventions les plus determinantes pour caracteriser les grandes etapes de l'histoire: äge du bronze, äge du fer, ere atomique. Ils savent que la mise au point du gouvernail et de la boussole a conduit aux grandes decouvertes maritimes, que l'arquebuse a mis fin aux raids devastateurs des cavaliers nomades dans l'europe de l'est, que le chemin de fer a bouleverse les aires economiques. Mais leur souci d'exactitude les retient d'ecrire une histoire de ces inventions. II est de fait que depuis la Revolution industrielle, la multiplicite croissante des techni ques et leur liaison toujours plus etroite avec la science exige des connaissances que les facultes des lettres ou des sciences economiques n'enseignent pas. Aussi les histo riens des techniques recentes sont-ils presque toujours des physiciens, des chimistes, des architectes ou des Ingenieurs. Pour Ia periode anterieure ä la Revolution industrielle au contraire, c'est un histo rien de formation qui est le mieux prepare ä comprendre les textes archaiques. II n'a guere besoin de depasser le niveau de son baccalaureat ou d'un premier propedeutique en science pour aborder des processus qu'expliquent la meeanique de Newton ou la chimie de Lavoisier. Le dialogue avec des specialistes ou leur collaboration peuvent remedier ä ses ignorances. Les obstacles qu'il rencontre sont dus essentiellement ä l'amplification des diffi cultes traditionnelles de la quete des documents anciens, de leur dechiffrement, de leur analyse et de leur distribution chronologique Le mepris des elites L'obstacle primordial est le mepris affiche pendant des siecles par les elites pour les objets utiles sans valeur esthetique, et pour toute preoccupation d'ordre mate riel. Dans l'antiquite, l'eloquence, le droit, la philosophie dominent la culture. Malgre un Aristote, un Theophraste ou un Pline, les sciences naturelles n'interessent qu'une minorite parmi les philosophes ou les gens eultives. Et cette minorite prefere les experiences surprenantes ou les machines curieuses d'un Heron d'alexandrie ou d'un Philon de Byzance1 ä l'etude des processus techniques quoti- 1 Le titre exact des ouvrages cites est donne dans l'appendice bibliographique. 324 diens. Face ä la multiplicite des formes de fourneaux ä fer, Pline lui-meme se borne ä noter: Et fornacium magna differentia est2. Le savoir-faire des charpentiers navals, les tours-de-main des bronziers ou des forgerons, les proeedes des ceramistes decoulent de la vulgaire experience d'une main-d'oeuvre servile. Apres la suppression de l'esclavage, les machines hydrauliques: norias, moulins, scies, etc.3 se repandent dans le monde romain. Mais la victoire du christianisme accentue le mepris apparent des avantages materiels. Saint Sabinien qui, vers 450, construit des moulins et des broyeurs pour ses freres du couvent de Saint-Oyend (Saint-Claude, Dp. Jura) parait une exceptio!!4. L'auteur de la Vie de saint Romain qui relate le fait, explique comment Sabinien rehausse le niveau de l'amenee d'eau par un reseau de branches entrelacees que l'on impermeabilise avec de la paille et des pierres. II n'apporte aucun detail sur les machines, dont la mise au point semble avoir ete difficile: un diable, nous dit-on, s'ingeniait ä les deregier La technique medievale interesse les clercs dans Ia mesure oü eile diminue leur peine et favorise l'exercice de la religion. Theophile, dans son De diversis artibus traite des couleurs et de leurs melanges pour l'enluminure et la peinture; du verre et des outils necessaires au montage des vitraux; des metaux, en songeant avant tout aux orgues, aux cymbales et aux cloches Pour les usages profanes, le savoir-faire est au contraire l'apanage, - et des qu'il se perfectionne, le secret - du polier, du teinturier ou du maitre de forges. II s'apprend ä l'atelier, se transmet de pere en fils. Pendant plus d'un millenaire, il est l'affaire des illettres. En 1813 encore, le maitre fondeur qui reconstruit le haut four neau de Gänsbrunnen (Soleure), ne sait ni lire, ni ecrire La pauvrete des sources historiques traditionnelles La classe des artisans et peu ä peu des usiniers (parfois d'un rang social plus eleve) ne represente qu'une infime minorite de la population antique ou medievale. Au Moyen Age, sur cent actes de ventes de biens immobiliers ou de cessions de serfs, on trouve ä peine une ä deux mentions de metiers. L 'enigme des allusions techniques. - Lorsqu'un document evoque une usine, il le fait en general pour une raison juridique. II s'agit de justifier un droit seigneurial, de preciser un partage ou de reglementer l'utilisation d'un cours d'eau. L'allusion ä un aspect technique est exceptionnelle et rarement probante. En 1223 par exemple, le Chapitre de la Cathedrale de Lausanne possede un moulin, don de Vuulelmus et Raimundus de Vuulflens. «Dederunt etiam nobis l'usement dal mulin et la mainteneci de l'ougina in pace.» Les chanoines disposent donc de l'usage du moulin et du droit de maintenir une augine (une conduite faite de troncs evides). II s'agit ou bien d'un moulin ä roue verticale actionnee par le haut, ou d'un modele previtruvien ä 2 «II y a une grande variete de fourneaux.» Pline l'ancien, Livre XXXIV, ch. 14, Pour une Classification des fourneaux antiques, voir Pelet, P.-L., 1977 et «Recherches sur la metallurgie du fer dans Ie Jura vaudois», Table Ronde, Toulouse novembre 1980, ä paraitre. 3 Pour les moulins, voir Sagui, C.-L. Pour la scie voir Ausone, Moseila, vers 363; Pelet, P.- L., 1978, p. 41; Ludwig, Karl-Heinz, Vie des peres du Jura, «Vie de saint Romain», p Pelei, Paul-Louis, 1969, p roue horizontale, comme ceux que l'on trouve encore dans les hautes vallees du Valais6. Les comptes d'exploitation, lorsqu'ils subsistent, ce qui est exceptionnel, sont eux-memes des mines de perplexite. Ils mentionnent des instruments, des elements de machines, des proeedes, mais sans les expliquer. Ils obligent ä des recoupements delicats, et conduisent ä des deduetions souvent hypothetiques. Un premier resultat: la repartition des usines. - Les sources traditionnelles de la recherche historique ne revelent les techniques que bribe par bribe. II faut depouiller des milliers de parchemins pour en retirer quelques mentions suggestives, qui fönt decouvrir: - la repartition spatiale des entreprises, leur reseau de relations et de Communica tions, - les zones et les periodes d'expansion, - les types d'usines (moulin, battoir, foulon, scie, forge, etc.). Ainsi le Domesday Book britannique de 1086 enregistre dans les comtes cötiers un ou plusieurs moulins dans une localite sur trois; ils sont moins nombreux ä l'inte rieur du pays (Midland)7. Cette densite variable lie le peuplement et l'expansion de la roue hydraulique. C'est donc ä une geographie historique des usines que l'on arrive d'abord. Des precisions de detail. - A partir du XVe siecle, les archives suisses s'enrichissent de quelques contrats plus detailles; au XVIe siecle, de comptes de construction et d'exploitation; au XVIIe siecle, d'inventaires8. La description attentive ou le devis d'une machine sont probablement les types de documents les plus inhabituels dans les chancelleries jusqu'ä la fin de l'ancien Regime. II faut s'estimer heureux lorsqu'on tombe sur un rapport comme celui du secretaire baillival charge d'inspecter le haut fourneau de la Jougnena (Vaud) en 1765, oü l'on construit un groupe de trois pompes pour recuperer un tiers de l'eau qui actionne sa roue: «J'ay vu cette ingenieuse machine qui ne demandoit plus que quelques jours de travail pour etre en etat d'elever ses eaux ä 44 pieds d'hauteur pour ensuite retomber sur la grande roue.»' De telles descriptions restent ponctuelles; elles ne suffisent pas ä faire ressortir l'ensemble des techniques en usage dans un lieu et en un temps donne L'objet et l'image ä la rescousse A ces deficiences des sources ecrites, les decouvertes archeologiques et le sauvetage des anciens outils et des machines apportent un remede tres partiel. A part la ceramique et les bijoux, la plupart des objets: de bois, de cuir ou de fer anterieurs ä 1750 ont pourri, rouille ou disparu. Les anciennes usines ont ete rasees ou totale- 6 «Cartulaire du Chapitre de Notre-Dame de Lausanne, p. 324, No Darby, H. C, vol. 1, 2, 3, 1971; 5, Par exemple pour la construction du haut fourneau et les debuts de l'exploitation des for ges de Charmoille et Bourrignon dans l'ancien Eveche de Bäle, en 1516/17 (voir Steiner, Michel, these en preparation). Pour l'analyse d'un inventaire detaille, voir Pelet, P.-L., 1971b. 9 Archives cantonales vaudoises K XII B 202, 1765, 30 aoüt; Pelet, P.-L., Fer charbon acier dans le Pays de Vaud, vol. 3, en preparation. 326 ment remaniees. Par exemple, l'installation du Musee romand du fer ä Vallorbe, dans des forges qui remontent ä 1495, n'a permis de retrouver aucun vestige architectural anterieur au XIXe siecle. II ne reste rien des affineries, de l'acierie, ni du haut fourneau demoli en 1705'. Lorsque les donnees archeologiques fönt defaut, la comparaison ethnologique ou la recherche des survivances, qui passionne l'anthropologie culturelle, suggerent l'ordre de grandeur des ateliers ou le degre d'efficacite des outils archaiques. En l'absence d'objets, leur image peut nous renseigner. Quelques steles antiques ou medievales, les sculptures romanes et gothiques, les enluminures representent parfois des scenes de la vie journaliere. Vaclav Husa a recueilli un veritable florilege des metiers medievaux dans les seules bibliotheques de Tchecoslovaquie. Mais, dans de telles representations, le realisme n'est pas partout la regle. Une Statuette de la Fondation Abegg ä Riggisberg (Berne) montre saint Eloi qui coupe le jarret du che val auquel il doit remettre un fer1'. Seul un saint thaumaturge peut travaiher de cette facon Les machines, les outils sauves, les images de la vie quotidienne (ä quelques exceptions pres) completent et illustrem les allusions des documents ecrits. Cependant l'addition de toutes les sources citees ne permet pas encore une histoire ordonnee des techniques Les traites, source d'une histoire generale des techniques Une histoire generale des techniques se refere avant tout aux traites rediges de l'antiquite ä nos jours. Peu exploitees des historiens traditionnels, ces pieces rares sont restees longtemps enfouies dans les bibliotheques, delaissees par les erudits for mes aux Belles-Lettres. Si le Codex Allanticus d'un Leonard de Vinci a ete publie ä l'aube de ce siecle du fait de la celebrite de son auteur, ce n'est que depuis les annees soixante que l'on trouve sur le marche le Bellifortis de Konrad Kyeser, les traites de Francesco di Giorgio Martini et de Taccola, les Machinae novae de Fausto Veranzio, les Maquinas hidraulicas de Villareal de Berriz; et que le De re metallica d'agricola parait en edition de poche. La recherche des sources ne provoque plus les memes difficultes qu'ä la fin du siecle dernier, oü il fallait negocier l'acces aux reserves de chacune des grandes bibliotheques europeennes. Depuis sa fondation en 1948, la Bibliotheque du fer, ä Schaffhouse, a rassemble la plupart de ces ouvrages, souvent meme dans leurs editions successives. On peut les classer grosso modo en trois groupes: 1. les traites d'art militaire, 2. les recueils d'inventions diverses, 3. les manuels didactiques. 1. Les plus anciens, comme VEpitoma rei militaris de Vegece ou VAnonymus de rebus bellicis concernent les armes, et les machines du guerre: balistes, beliers, tortues ou chars armes de faux. Ils se perpetuent jusqu'ä l'expansion des armes ä feu qui change les preoecupations des ingenieurs. Des 1540, Biringuccio explique la fönte des canons et Tartaglia pressent la balistique. 10 Musee ouvert en juin Sur les forges de La Ville, voir Pelet, P.-L., Statuette en buis, hauteur 77 cm; Suisse, 2. D'autres recueils, qui reprennent partiellement les themes guerriers groupent avant tout des inventions, parfois saugrenues, qui vont des bateaux ä roues et des scaphandres aux moulins les plus divers. Ces engins sont frequemment imaginaires; mais ils resultent parfois d'intuitions remarquables, meme si la technologie de leur epoque ne permet pas de les realiser, comme les «eoliennes» de Veranzio. Des que ces decouvertes sont applicables, il semble souvent preferable de les cacher. Michel Varro, secretaire d'etat puis syndic de Geneve et maitre des for ges du Brassus (Vaud) presente dans de Motu (1584) une theorie de la meeanique (que Simon Stevin reprendra integralement dans ses Problematum geometricorum). 11 estime au contraire qu'il serait funeste de publier les deduetions qu'il en a tirees sur les mouvements internes et externes des affaires publiques. Elles donneraient sans doute trop de puissance aux ambitieux. De meme, son Traetatus de variis machinis ad motus ciendos pourrait etre trop utile ä ses coneurrents1'. 3. La diffusion du savoir technique gräce au livre se pratique cependant des l'anti quite pour l'architecture, l'agronomie, l'arpentage, etc. Elle se multiplie apres Gutenberg. Le De re militari de Valturio est imprime ä Verone en 1472 dejä, le traite d'atchitecture d'alberti en 1485 ä Florence. Des le XVIe siecle, des manuels didactiques sont consacres ä l'exploitation des mines, aux arts du feu, ä la construction des grues, des dragues et des pompes. Le Bergbüchlein d'ulrich Rülein von Calw, la Pirotechnia de Biringuccio, les oeuvres d'agricola, du Bertnannus (Bäle, 1530) au De re metallica (Bäle, 1556) illustrent cette serie. Jusqu'ä la fin de l'ancien Regime, des maitres de forges ou des inspecteurs de mines, des architectes tirent de leurs observations journalieres des hypotheses scientifiques; nous pouvons penser ä Reaumur, ä Swedenborg, ä Buffon. Des savants decrivent des metiers seculaires, comme Duhamel du Monceau dans son Art du charbonnier. Les recherches de Leibniz, l'application de la geometrie euclidienne et de la meea nique aux construetions navales, le calcul de la poussee du vent dans les voiles des navires par des mathematiciens de l'envergure des Euler et des Bernoulli contribuent sous l'ancien Regime dejä ä donner ä ces problemes d'interet strategique leurs let tres de noblesse. Avec le developpement des grandes Ecoles des ponts et ehaussees, des Academies des mines de Freiberg ou de Schemnitz et le triomphe de la chimie lavoisienne, les traites atteignent un plus haut niveau de rigueur, de credibilite. Une analyse attentive des manuscrits conserves et des recueils imprimes donne le moyen de degager les lignes generales et les grands tournants de l'histoire des techni ques, de la chute de l'empire romain jusqu'ä l'aube de l'ere contemporaine. II suffit par exemple de comparer les textes et les planches de Swedenborg (1734), de Courtivron et Bouchu (1761/62), de Hassenfratz (1812) et de Flachat, Barrault et Petiet (1846) pour saisir dans toute sa complexite l'evolution du haut fourneau. Les metallurgistes s'efforcent de reduire le minerai en eliminant les pertes, de diminuer parallelement la consommation de combustible par une amelioration de la refraction, d'eviter d'insuffler de l'air froid. La fusion au coke s'impose lentement L'effort accompli Les histoires des techniques forment des motifs encore peu remarques dans l'immense mosaique des publications historiques, malgre la presence: 12 Ed. Stoer, Geneve, 1584, Preface. 328 - d'histoires mondiales, des origines ä nos jours, telles 1'History of Technology publiee sous la direction de Charles Singer, l'histoire generale des techniques dirigee par Maurice Daumas ou la magistrale synthese de l'encyclopedie de la Pleiade presentee par Bertrand Gille et ses collaborateurs, - de dictionnaires comme celui de Franz Maria Feldhaus, - d'etudes limitees ä une region, comme les quelque deux mille pages que Joseph Needham consacre ä la meeanique, au genie civil et ä l'architecture navale de Ia Chine, ou comme le volume qu'ulrich Troitzsch, Gabriele Wohlauf et leurs col laborateurs consacrent ä l'allemagne, - de monographies cantonnees dans une epoque, comme les Studies in ancient Technology de Robert-James Forbes ou dans une seule industrie, comme les his toires du fer de Ludwig Beck ( ) ou d'otto Johannsen, qui vont de la decouverte du metal jusqu'aux processus de fusion les plus recents, en passant par les fourneaux et les coutumes des autres continents. A mesure que la recherche s'approfondit, l'historien reduit obligatoirement son champ d'action: ä un pays, ä une province, ä un secteur industriel, ä une plus courte periode. II s'impose souvent cette double limite spatiale et temporelle. Ce que fait dejä J. Morin-Jean avec La verrerie en Gaule sous l'empire romain (1922/23). 2. Difficultes speeifiques ä une histoire approfondie des techniques L'historien qui tente d'approfondir un probleme technique anterieur ä la Revolu tion industrielle se heurte ä une serie de difficultes supplementaires speeifiques Sens des termes techniques Les auteurs anciens et les documents d'archives emploient, le plus souvent sans le definir, un vocabulaire dont le sens change d'une province ä l'autre. De meme, les descriptions qu'ils donnent, par exemple de la mine d'aeier, de la tete vitree, de la mine en greluches ou du fer speculaire ne permettent pas toujours de renconnaitre ä quels mineraux de fer, ä quelles formes cristallines, ä quels carbonates ou ä quels oxydes ils correspondent L'interpretation de coneepts scientifiques perimes Lorsqu'un traite de metallurgie attribue ä la teneur en phlogistique la plus ou moins grande fusibilite d'un minerai, l'historien doit disposer d'analyses chimiques de ce minerai pour confirmer et expliquer plus correctemente cette propriete La Chronologie, une boussole affolee Mais la difficulte la plus deroutante est l'impossibilite de tirer parti d'un classe ment chronologique. Face aux techniques, il perd toute fiabilite. Comment fixer la date d'une invention autrement que par celle du premier document qui la mentionne 329 ou du plus ancien objet qui en resulte? L'engin ou l'objet existent peut-etre depuis de longues decennies sans avoir attire l'attention
Related Search
Similar documents
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks