Gampopa. S önam L h u ndru p. C i n q u i è me S t a g e. E n s e i g n e m e n t b a s é s u r l e 1 7 i è m e. c h a p i t r e d u

Description
S önam L h u ndru p Développer la sagesse par la méditation E n s e i g n e m e n t b a s é s u r l e 1 7 i è m e c h a p i t r e d u «P r é c i e u x O r n e m e n t d e l a L i b é r a t i o n» d e Gampopa

Please download to get full document.

View again

of 13
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Information
Category:

History

Publish on:

Views: 9 | Pages: 13

Extension: PDF | Download: 0

Share
Transcript
S önam L h u ndru p Développer la sagesse par la méditation E n s e i g n e m e n t b a s é s u r l e 1 7 i è m e c h a p i t r e d u «P r é c i e u x O r n e m e n t d e l a L i b é r a t i o n» d e Gampopa C i n q u i è me S t a g e C r o i zet, du 3 1 juillet au 1 2 août 2006 T a b l e d e s ma t i è r e s Premier enseignement... 2 Méditation et action juste... 2 Déroulement du stage... 3 La nécessité de la méditation... 4 Les préliminaires du mahamoudra... 6 Deuxième enseignement... 8 Rappel sur les préliminaires communs et spécifiques du mahamoudra... 8 Sens des prières dans le gourou yoga... 8 La méditation du Mahamoudra Se reposer dans la nature de l esprit Troisième enseignement Nagarjuna : sur la stabilité de l esprit L art sacré comme chemin du dharma Conseils sur la non méditation Quatrième enseignement Conseils pour la pratique personnelle Cinquième enseignement Atisha et la bodhicitta ultime Sixième enseignement Méditer sur l espace La post-méditation (activité) Septième enseignement Bienfaits de l absorption méditative Prendre refuge au sens le plus profond Huitième enseignement Prendre refuge dans la Sangha Les six paramitas dans la pratique de l ultime Le moine au sens absolu Dixième enseignement L enseignement de Shamar Rinpoché sur la vigilance Conseils pour la retraite de méditation Méditer sur le souffle et sur l impermanence Onzième enseignement Les portes d entrée dans la méditation Lier sa respiration avec OM AH HOUNG Signes de familiarisation avec la sagesse Douzième enseignement Importance de la prière Conseils pour méditer individuellement Treizième enseignement Résumé du stage et conseils pour la pratique Premier enseignement Bonjour à vous tous. Je suis très heureux d accueillir les nouveaux venus et de revoir tous ceux qui ont déjà participé aux stages précédents. Méditation et action juste Mon enseignement va débuter par des remerciements. Et en préambule voici quelques indications du travail effectué ici ces derniers temps : nous avons terminé le plancher de la grange et mis de la moquette partout. Ainsi nous avons pu inviter l école d art, les ateliers d art de notre mandala afin qu ils nous montrent certains aspects de leurs compétences et tout ce qu ils ont pu réaliser ces dernières années. Vous voyez donc ici quelques petits exemples de ce que vous pouvez admirer maintenant dans le grand temple de Kundreul Ling. Les ateliers d art et Guépel Ling sont assez étroitement liés parce que c est lama Kunkyab qui avait trouvé cette ferme. A l époque, il y avait peu de bienfaiteurs pour l acquisition des lieux, alors un petit groupe de gens dont Willi et Brigitta, ont acheté cette propriété, puis plus tard ont fait don d une partie pour la pratique du Dharma. Ce lieu est devenu Guépel Ling, d où un certain lien de gratitude entre les deux activités : la maison du Dharma et les ateliers d art de Lacot, à deux kilomètres d ici. Pour ceux qui sont intéressés, le 3 août après-midi, une visite guidée des ateliers d art sera organisée et des explications seront données sur la façon de réaliser la sculpture sur bois, de travailler le métal, de faire une thangka Vous pourrez voir également comment sont réalisés les tableaux qui couvriront les murs intérieurs du temple de Kundreul Ling. Si cette exposition a pu être mise en place dans ce lieu, c est aussi grâce à la compétence d une personne que je remercie. Elle a passé trois semaines à refaire l installation électrique et à rajouter des néons. Je remercie aussi Kundreul Ling, le monastère, qui a mis son amplificateur à notre disposition. Une autre personne nous a aussi offert un micro. Vous avez pu également constater que la porte de la grange a été changée car d autres aménagements sont prévus pour cette entrée, comme par exemple un toit qui couvrira l escalier et permettra de laisser nos chaussures et de se rendre au réfectoire sans se mouiller. La grande butte aussi a été enlevée par un tractopelle. Mais après cela un énorme travail a encore été fourni et sous le soleil. La construction d'un appartement de quatre pièces a commencé dans le passage, à côté du temple. Pour le parc, un important travail d entretien et de plantations a été réalisé au cours du printemps et de l été. Autour du stoupa, le gazon est bien lisse même si des taupes travaillent en souterrain toute l année! On ne voit que le résultat, mais ce sont de nombreuses heures d investissement qui donnent cette ambiance si agréable. Je me réjouis profondément de voir toute l énergie déployée spontanément sur ce lieu alors que je ne suis même pas là. Je suis rempli de gratitude envers tous les participants, voilà pourquoi j ai dit que mon enseignement allait débuter par des remerciements. Tout ce que je viens de dire est totalement en relation avec le sujet de notre stage intitulé : «Comment développer la sagesse à travers la méditation». Le Bouddha ne parle pas d'une méditation qui ne montrerait pas de fruits dans le quotidien, car la méditation doit absolument s exprimer par une action. Dans le Mahamoudra on parle de vue, méditation et action. Nous commençons par établir la vue et méditer, puis cela s enchaîne par une activité pour le bien d autrui. Il ne s agit donc pas ici d énumérer toutes les personnes qui ont aidé. Il faut juste voir l état d esprit qui commence à se manifester, qui montre une bonne vision des choses et une bonne compréhension du fait que la pratique personnelle n est pas séparée de la pratique en groupe. Dans une communauté, une telle activité doit être menée par une action juste, c est-à-dire une action qui ne soit pas trop émotionnelle, où il y a ce qu il faut d enthousiasme et un sentiment de joie en même temps. C est ce que je constate aujourd hui et cela me réjouit vraiment. Je vois que les choses se font en toute simplicité, juste ce qu il faut, mais bien. En arrivant ici on se sent partout bien accueilli. Je me réjouis également de la présence du groupe russe venu ici pour la première fois. Cela répond aussi au souhait que ce soit un lieu international ; il y a maintenant des traductions en plusieurs langues : russe, polonais, anglais, allemand. J espère que dans le futur cela continuera à se développer dans ce sens. 2 Lorsqu il est venu ici en l an 2000 pour donner les vœux de bodhisattva, dans la grange, Sa Sainteté Karmapa a formulé de nombreux souhaits puis il a laissé l intégralité de son offrande pour le développement de cet endroit afin qu il devienne véritablement un lieu très fort du Dharma, un Dharma de joie, un Dharma de simplicité. Ce matin donc, j ai fait un petit tour, j ai tout regardé et j ai été vraiment émerveillé. Je dis merci à tous, merci aux bouddhas, merci à tous ceux qui ont aidé à préparer cet endroit pour ce stage. Voilà, c était en quelque sorte un enseignement sur la façon dont peut se concevoir l activité. Je fais le souhait que dans chaque endroit, où que vous viviez dans le monde, il y ait des lieux du Dharma qui «poussent» aussi naturellement que celui-là. Déroulement du stage Maintenant, regardons le programme. Nous allons méditer, méditer et encore méditer! Mon souhait est qu à la fin du stage, quand vous rentrerez à la maison, vous sachiez toujours un peu plus comment faire avec votre esprit, surtout dans la méditation. La structure du séminaire est simplifiée par rapport à l année dernière. Nous pratiquerons le gourou yoga trois fois par jour. Tous les matins à sept heures, droupla Kyenrab et moi-même ferons la pratique habituelle du gourou yoga de Gampopa. Puis nous prendrons le petit déjeuner et enchaînerons avec l enseignement. Le support sera le texte que nous avons utilisé l année dernière dans les groupes. Si vous ne l avez pas, vous pouvez vous inscrire pour en avoir une photocopie. La deuxième partie de la matinée sera consacrée à la méditation guidée. Nous appliquerons donc l enseignement avec de petits exercices de méditation en commun. A quatorze heures trente, les trois premiers jours, les explications du gourou yoga de Gampopa seront données à ceux qui ne les ont pas encore reçues. Il faudra constituer des groupes en trois langues et j encourage ceux qui parlent anglais, même en étant français ou allemands, de se joindre au groupe anglophone avec lama Djangtchoub. Et pendant ce temps-là, les autres commenceront la pratique du gourou yoga, avec quelques méditations. A partir du vendredi 4, à 16 h 30, nous nous retrouverons dans les différents ateliers pour méditer. Ils seront constitués pour trois jours, quatre jours, et trois jours, et ne changeront pas durant ces trois périodes. Bien entendu, entre les périodes vous pourrez changer de groupe. Il y aura donc trois possibilités avec trois lamas ou drouplas différents. Vous pourrez également poser plus de questions, clarifier votre pratique. Cette année, nous avons prévu qu une fois par jour, chacun aille méditer au moins une demi-heure seul, quelque part sur le lieu : sous un arbre, dans le temple, dans un endroit où l on se sent bien, pour amener cette expérience de méditation solitaire dans le groupe d échanges, dans l atelier. Parce que l idée, c est de devenir capable de méditer seul à la maison et de pouvoir être dans une pratique continuelle. Ensuite comme toujours pendant le stage, il y aura trois gourous-yogas avec un festin d offrandes (ou tsok) et le premier aura lieu ce soir. La poudja de tsok du milieu du stage a été décalée au mercredi 9, le soir, parce que c est la pleine lune et l anniversaire du parinirvâna de Gampopa. C est très auspicieux de faire une poudja de Gampopa ce jour-là. Les autres soirs, nous pratiquerons le gourou yoga habituel en chantant les prières et en méditant. Mais si un groupe souhaite pratiquer Tchenrézi, il est possible de le faire en même temps dans le petit temple. Quelques enfants se joindront à eux, ils connaissent le mantra qui pourra être chanté. Jeudi 3, c est l après-midi libre et pour ceux que cela intéresse, la visite des ateliers d art. Le mardi 8 sera l autre après-midi libre. Ce jour-là, Shamar Rinpoché commence à enseigner à Dhagpo. Vous pouvez donc vous y rendre si vous le souhaitez, pour écouter son enseignement et recevoir sa bénédiction. J irai aussi. Pendant ce temps-là, lama Djangtchoub et quelques autres, continueront le programme ici, avec tous ceux qui seront restés. Dans la dernière partie du stage, le matin, la méditation guidée remplacera l enseignement formel. Nous entrerons dans une retraite de groupe où nous pratiquerons et méditerons toute la journée. Comme toujours, le dernier jour nous offrirons un grand festin d offrandes en guise de remerciement pour le stage. Le soir, ce sera la fête qui ne fait pas partie du stage. Vous pouvez donc inviter vos amis. Tout le monde est bienvenu et de petites performances, de petits spectacles seront présentés. Un super groupe composé de cinq jeunes personnes vous offrira la musique sur laquelle vous pourrez danser. 3 Notez bien que comme toutes les années, c est toujours sans alcool, sans nicotine et sans autres drogues bien entendu. Un buffet sera partagé par tous. Y a-t-il des questions concernant le déroulement du stage? Question : Est-ce qu une visite du grand temple du Bost est prévue? Oui, je crois que cela pourra se faire si une personne veut bien vous guider. Mais il serait peutêtre bien d abord de visiter les ateliers d art parce que vous y verrez la naissance du temple et tout ce qui est derrière. Simone va organiser la visite. A Lacot, vous pourrez voir le DVD retraçant toute la construction du temple. Faisons maintenant une petite méditation qui servira de coupure avant de commencer l enseignement proprement dit. Restons l esprit aussi détendu que possible, toutes nos facultés sensorielles étant complètement ouvertes Méditation ---- La nécessité de la méditation L année dernière, les enseignements ont tourné principalement autour du non-soi de la personne, du non-soi des phénomènes et de la vacuité. Nous avons passé les cinq premiers jours du stage à réfléchir vraiment à tout cela. Puis, la deuxième partie du stage a porté sur l application de cette compréhension et c est ce que nous allons continuer maintenant. Le sixième point de l explication de Gampopa sur la Prajnaparamita, tiré de son livre «Le Précieux Ornement de la Libération» s intitule : «Cultiver la sagesse transcendante» ou, si l on traduit mot à mot : «Ce qui est à cultiver concernant cette sagesse qui vient d être expliquée.» «Si toutes choses sont vacuité, y a-t-il la moindre nécessité à cultiver cette sagesse? Oui...»...dit Gampopa, parce que la vacuité nous échappe, nous n en sommes pas conscients. C est le problème. Oui, toute chose est vacuité, cela veut dire que toute chose a cette nature illusoire mais nous, nous n en sommes pas conscients. Nous ne pratiquons pas pour donner une vacuité aux choses, elles ont déjà cette nature d absence de véritable existence ; mais comme nous n en sommes pas conscients, nous saisissons et créons un état d émotions «Prenons l image du minerai d argent. Il est de la nature de l argent, mais tant qu on ne l a pas fondu et purifié, cet argent demeure invisible. Si on veut l extraire, on doit fondre et purifier le minerai. De même, bien que toutes choses soient depuis toujours vacuité, libres de toutes les constructions mentales, les êtres perçoivent toutes sortes de réalités et font l expérience de multiples souffrances. Il est donc nécessaire de comprendre cette sagesse et de la cultiver.» Prenons donc le minerai d argent. Quelqu un dont l œil n'est pas exercé ne peut voir qu un gros caillou et n imagine pas toutes les qualités que recèle ce qu il tient dans la main. Il en va de même avec tout ce qui nous arrive. Nous voyons bien quelque chose, nous ressentons bien quelque chose, mais nous ne sommes pas vraiment conscients de la nature de ce qui nous arrive. Si nous prenons le temps de regarder, nous allons très rapidement discerner cette nature illusoire des choses, ce qu on appelle la vacuité ou ce qui est appelé ici : la vacuité libre de constructions mentales. Une personne expérimentée et qui s y connaît en minerai, verra tout de suite la nature d argent de ce qu elle tient dans la main. Une autre qui n y connaît rien ne le verra pas. Elle passera à côté sans rien remarquer. Être bien entraîné, signifie avoir développé le regard sur la nature véritable de ce qui se manifeste dans l esprit, la nature véritable des phénomènes. Développer ce regard expérimenté et comment procéder est le sujet de notre stage. Ce sera également le sujet de tous les stages du Dharma dans le futur. Dès qu on parle de la méditation bouddhiste, on parle de développer ce regard de sagesse. Ce regard de sagesse libère. Sans ce regard de sagesse, nous allons nous emmêler dans les émotions, dans la saisie et de nombreuses souffrances en résulteront. On parle ici d argent parce qu on ne découvre pas une absence de qualités. Quand on parle de vacuité, il ne s agit pas de ne rien découvrir. Au contraire, on parle de découvrir quelque chose de très 4 précieux. Il ne s agit pas d ouvrir le tronc d un bananier pour trouver le creux qui est à l intérieur. Ce n est pas l exemple utilisé ici. On utilise l exemple de quelque chose dont la nature précieuse nous échappe au début, mais plus nous l observons, plus nous voyons la nature inestimable de ce que nous tenons dans la main. Trouver la vacuité, reconnaître la nature illusoire des choses, c est trouver toute une richesse de qualités. C est un synonyme pour reconnaître la nature de bouddha, la source de tout amour, de toute sagesse et de toutes les autres paramitas - toutes les qualités éveillées. Il faut que je vous donne davantage d explications. Qu est-ce que la vacuité? Je vous rappelle l essentiel de ce qui a été dit l année dernière (ceux qui n étaient pas là pourront lire la transcription). La vacuité, c est l absence du soi. (Bruit d une pluie violente). Méditons en attendant que la pluie cesse Méditation ---- J avais commencé à dire que la vacuité c est l absence du soi. Le soi, le moi, n est pas quelque chose de présent à certains moments et absent à d autres, c est quelque chose qui, dès le début, n a jamais existé. Ce qui est à découvrir est que tout ce que l on décrit comme le moi, comme la personne, n est qu un processus et non quelque chose de solide. C est cela qui nous rapproche de la découverte de ce qu on appelle la vacuité. Ensuite, si nous comprenons que dans tout ce processus, dans tout ce flot d évènements mentaux, il n y a pas un organisateur, un chef qui le contrôle, mais que cela s autoorganise par la force d une sagesse inhérente qui n est pas non plus une entité, là nous nous approchons encore plus de la vacuité. Si ensuite nous regardons un par un chaque instant, une par une chaque pensée, chaque émotion qui s élève est un petit rien qui se manifeste dans l esprit, nous ne trouvons pas quelque chose de stable, quelque chose de solide, un noyau, c est cela la découverte progressive de la vacuité dans tous les instants de l esprit. Quand on parle de la découverte de la vacuité, on parle de l étonnement de voir que tout cela fonctionne sans qu il y ait une entité, une âme, un moi qui prenne tout en charge. Et quand nous commençons à pénétrer en profondeur ce que cela veut dire, c est la réalisation. Quand cette compréhension touche le fond des choses, nous réalisons qu il n y a jamais eu un moi. C est grâce à cela que la vie est possible. S il y avait un moi, un je solide, ce même processus ne pourrait pas exister, il ne pourrait pas y avoir la vie, tous ces changements, toute cette évolution, ces possibilités d expression, parce qu au centre quelque chose bloquerait. La grande fluidité de notre esprit n est possible que grâce à l absence de quelque chose de solide qui la bloquerait. Il n y a aucun moi, aucun je solide qui puisse résister au changement, heureusement pas. Le moi, le je éternel, c est cette ouverture, cet espace, cette conscience dans laquelle toute chose se passe. Mais cet espace, cette ouverture, cette conscience, n est pas personnelle, n est pas individuelle, ce n est pas moi, c est ce que nous avons tous en commun et que l on nomme dimension de la vérité, dharmadhatou. Voilà pourquoi nous pouvons la comparer à l espace, au ciel, qui n empêche en rien les nuages de se manifester, ni à n importe quel objet de le traverser. La trame éternelle est cette dimension de base qui nous donne un sentiment de permanence, mais ce n est pas la permanence d un moi, d un je ou de quelque chose. C est la base de conscience, l espace lui-même qui a cette nature d être toujours présent sans être quelque chose en soi. Tout ce que je viens de vous expliquer est ce qu on appelle la vacuité. Toute cette réalisation est condensée dans l enseignement sur la vacuité. Gampopa dit : «C est ainsi depuis tout le temps ; toutes choses ont cette nature, mais du fait que nous ne l avons pas reconnue, il faut pratiquer, il faut méditer. Une fois, donc, que l on a compris tout ce qui précède, il faut s y habituer. Ce qui comporte quatre points : les préliminaires, la méditation, entre les méditations et les signes de familiarisation.» Donc, quand nous avons compris intellectuellement l importance de ce qui vient d être dit, nous nous mettons à pratiquer. Par exemple, si je saisis que moi en tant qu enseignant, je me trouve devant vous ou devant une foule de personnes, je pourrais avoir peur de me tromper, cela pourrait me bloquer, je pourrais avoir des émotions. Il en est de même pour tout autre situation. Lorsqu une quelconque difficulté se manifeste, si nous saisissons un moi, nous expérimentons la peur, l'espoir et la crainte ou le désir. Ce sont nos grandes tendances : attachement/aversion, espoir/crainte, désir/colère, etc. Nous fonctionnons sur ce mode parce que nous saisissons un moi imaginé. La libération dont parle le Bouddha, c est de sortir de cette imagination, de cette confusion. Quand nous comprenons le sens de son propos, nous nous mettons à pratiquer. Tant que nous ne comprenons pas, nous ne
Related Search
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks