Démographie de Besançon 2011-2016

Description
La démographie dans l’aire urbaine de Besançon 2006 - 2016 Publiées par l’INSEE fin 2018, les populations légales municipales pour l’année 2016 permettent…

Please download to get full document.

View again

of 4
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Information
Category:

Magazine

Publish on:

Views: 2 | Pages: 4

Extension: PDF | Download: 0

Share
Transcript
La démographie dans l’aire urbaine de Besançon 2006 - 2016 Publiées par l’INSEE fin 2018, les populations légales municipales pour l’année 2016 permettent pour la première fois, depuis la mise en place du recensement par enquêtes annuelles, d’analyser une décennie de dynamiques démographiques dans les territoires. Au premier janvier 2016, l’aire urbaine de Besançon comptait officiellement 251 293 habitants et lors de la période 2006 - 2016, elle a accueilli chaque année 1 154 personnes supplémentaires en moyenne. Cependant, les variations démographiques observées au sein de l’aire urbaine de Besançon sont contrastées et offrent plusieurs trajectoires. Elles ont été analysées ici à plusieurs échelles : quartiers bisontins, communes et intercommunalités. En une décennie, quelles ont-été les structures et dynamiques démographiques observées au sein de l’aire urbaine de Besançon ? La prochaine publication démographique s’intéressera au territoire de Vesoul... Dynamiques dans l’aire urbaine Rappel méthodologique des modes de collecte selon la taille communale Le recensement de la population a pour objectifs le dénombre- Les communes de moins de 10 000 habitants réalisent une en- ment des logements et de la population résidant en France et la quête de recensement portant sur toute la population, à raison connaissance de leurs principales caractéristiques : sexe, âge, d’une commune sur cinq chaque année. activité, professions exercées, caractéristiques des ménages, Les communes de 10 000 habitants ou plus réalisent, quant taille et type de logement, modes de transport, déplacements à elles, tous les ans une enquête par sondage auprès d’un quotidiens. échantillon de logements représentant 8 % de leur population. Depuis 2004, le recensement repose sur une collecte d’informa- Sur une période de cinq ans, l’ensemble des habitants des tion annuelle, concernant successivement tous les territoires communes de moins de 10 000 habitants sont comptabilisés et communaux au cours d’une période de cinq ans. Ce recense- les communes de 10 000 habitants ou plus sont enquêtées par ment, organisé suivant cette méthode, succède aux recense- sondage à raison de 40% de leur population. ments généraux de la population dont 1999 aura été la dernière édition. Une évolution décennale qui confirme une périurbanisation ancrée Variation absolue Taux de variation Variation absolue 2016 2006 annuelle annuel 2006 - 2016 2006 - 2016 2006-2016 Besançon 116 466 117 080 - 614 - 61 - 0,05 % Grand Besançon 193 187 187 670 + 5 517 + 552 + 0,29 % CC du Val Marnaysien 14 190 12 693 + 1 497 + 150 + 1,12 % INSEE 2019 Aire urbaine de B. 251 293 239 753 + 11 540 + 1 154 + 0,47 % Région BFC 2 818 338 2 779 433 + 38 905 + 3 891 + 0,14 % L’évolution décennale des densités démographiques confirme une Par exemple, le quartier des Torcols a accueilli chaque année plus intensification de peuplement essentiellement située au nord de 130 habitants supplémentaires entre 2006 et 2015. et au nord-ouest de l’aire urbaine (communes de Rioz, Franois, Par ailleurs, le Grand Besançon est la seule intercommunalité de Les Auxons, Pirey) et dans une moindre mesure, au sud et au l’aire urbaine ayant enregistré une diminution due aux migrations sud-ouest de Besançon (communes de Saône, Torpes, Saint-Vit). résidentielles des ménages âgés de 25 à 34 ans (-2% entre 2010 Dans ces communes, les gains de population annuels sont compris et 2015). Les autres communautés de communes avoisinantes entre 25 et 55 habitants. ont pu bénéficier d’une arrivée soutenue de ces jeunes actifs Seules 47 communes sur les 253 que compte l’aire urbaine, potentiels renforçant ainsi le phénomène de périurbanisation ont connu une baisse de population. En dix ans, les plus fortes aux limites de l’aire urbaine de Besançon : Pays de Montbozon diminutions ont été enregistrées essentiellement à Besançon, et du Chanois (+9%), Monts de Gy (+6%), Doubs Baumois (+6%), Thise, Fontain et Novillars. La population de Besançon reste Jura Nord (+5%), Pays Riolais (+5%), Loue-Lison (+5%), Portes du stable sur la période décennale. Les résultats montrent une Haut-Doubs (+3%) et Val Marnaysien (+3%). légère perte de 60 habitants par an. Généralement, les jeunes actifs voient la taille de leur ménage Les quartiers bisontins ayant observé les plus fortes baisses sont rapidement augmenter (par mises en couple et/ou naissances) avant tout ceux qui ont connu d’importantes restructurations et ont tendance à s’installer durablement dans les territoires (Viotte, Villarceau) et notamment des destructions de logements périurbains leur proposant une meilleure qualité de vie en termes (Fontaine-Ecu). D’autres quartiers perdent leur attractivité d’accès au logement et d’espaces verts tout en garantissant une (Diderot, Epoisses-Bourgogne) en raison de difficultés sociales. bonne accessibilité routière voire numérique. Les communes Inversement, d’autres quartiers comme les Torcols, Chateaufarine, de l’aire urbaine concernées par ce phénomène ancré de la Bouloie, la Mouillère et la Rue de Vesoul ont connu par effet de périurbanisation sont directement confrontées aux enjeux liés redistribution spatiale une croissance démographique importante. à l’offre d’équipements et de services publics à proposer à ces nouvelles familles. 2006-2016 : la démographie dans l’aire urbaine de Besançon 2 AUDAB - janvier 2019 Densités démographiques 2016 De fortes densités dans la commune de Besançon (quartiers de la Boucle, Chaprais, Les Cras et Planoise) et dans une moindre mesure, dans les communes périphériques (École-Valentin, Novillars, Miserey-Salines...). Sources : INSEE, populations légales 2016 - IRIS : INSEE populations légales 2015, IGN LGV A36 Réalisation : AUDAB 2019 Évolution annuelle des densités démographiques 2006-2016 Quelques communes voient leur densité diminuer (Besançon, Thise, Fontain, Novillars, Voray-sur-l’Ognon...) alors que d’autres enregistrent des augmentations soutenues (Rioz, Franois, Les Auxons, Pirey, Miserey- Salines, Saône, Torpes, Saint-Vit...). Sources : INSEE, populations légales 2016 - IRIS : INSEE populations légales 2015, IGN LGV A36 Evolution 2006-2015 Réalisation : AUDAB 2019 Gain Diminution 2006-2016 : la démographie dans l’aire urbaine de Besançon AUDAB - janvier 2019 3 Structures dans le Grand Besançon Un vieillissement généralisé à toutes les Une croissance uniquement classes d’âge portée par le solde naturel Réalisation : AUDAB 2019 | Source : INSEE Réalisation : AUDAB 2019 | Source : INSEE Depuis 40 ans, la croissance démographique du Grand Besançon En effet, depuis le début des années 2000, le solde migratoire est portée uniquement par le solde naturel, c’est a dire le contribue négativement à la croissance du Grand Besançon (-0,2%/ différentiel entre les naissances et les décès. Les conditions de an). Le phénomène de périurbanisation décrit précédemment la période intercensitaire 1968-1975 alliant une natalité forte explique en grande partie cette situation. et un solde migratoire nettement positif, ne sont plus réunies. Ces départs répondent avant tout à une logique résidentielle Même si l’âge moyen des habitants du Grand Besançon reste qui pousse les ménages de jeunes actifs à s’éloigner du centre encore jeune (il est actuellement de 37 ans contre 44 ans en de l’aire urbaine. Bourgogne-Franche-Comté), la pyramide des âges montre une Dans un premier temps, la dynamique migratoire portée par forte diminution de toutes les classes d’âges de 15 à 50 ans ces ménages a contribué fortement à la croissance des EPCI et une augmentation des classes d’âge supérieures à 60 ans. périphériques du Grand Besançon. Elle est maintenant à l’origine Les conséquences directes de cette évolution sur la dynamique d’une reprise de la natalité dans ces territoires. démographique sont : une diminution du nombre des femmes en âge de procréer et une augmentation du nombre de décès due Au sein d’une région qui connaît une panne de croissance au vieillissement. démographique, le Grand Besançon a bénéficié de la relative jeunesse de sa population, qui aura été le principal atout du La combinaison de ces deux éléments fait diminuer le solde territoire durant la dernière décennie. naturel qui à terme, ne suffira plus à assurer tout seul la croissance démographique. Directeur de la publication : Michel ROUGET Agence d’urbanisme Besançon Rédaction : Olivier CANILLAC, Pierre CLAP, Noémie LEPAGE centre franche-comté Janvier 2019 1, rue du Grand Charmont 25 000 - Besançon 4 tél. : 03 81 21 33 00 www.audab.org
Related Search
Similar documents
View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks