Chapitre 1.docx

Description
Download Chapitre 1.docx

Please download to get full document.

View again

of 12
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Information
Category:

Documents

Publish on:

Views: 0 | Pages: 12

Extension: PDF | Download: 0

Share
Tags
Transcript
   1 Chapitre i   Le contexte théorique de concepts de l’inégalité et l’éducation   S ECTION :  DEFINITION DE L   INEGALITE L’inégalité  a plusieurs définitions dans différentes approches donc, Une inégalité , du point de vue social est une différence dans l’accès à des ressources sociales rares et valorisées, ressources étant entendu au sens le plus large, incluant toutes les possibilités d'actions humaines : politique, économique, culturelle, sociale, sexuelle (….). Les inégalités sociales sont donc le résultat d'une distribution inégale des ressources au sein d’une société. Les inégalités sont au fondement de la stratification des sociétés humaines. En effet, l'accès inégal aux ressources socialement valorisées distribue les individus en différents groupes sociaux. Alors que, dans la pensée mathématique, la différence est synonyme d'inégalité et Implique une relation de supériorité ou d'infériorité entre deux grandeurs mesurables, les deux notions sont nettement distinctes dans le discours social et politique contemporain. Les inégalités se construisent dans un rapport dialectique aux différences qui peuvent exister entre les individus. « Si chacun était identique aux autres, il ne pourrait exister d'inégalité », rappelle Louis Chauvel . Toutefois, ces différences ne suffisent pas à faire une inégalité. Pour qu'elles le deviennent, il faut qu'elles se traduisent par un accès inégal entre ces individus différents, en raison de leur différence , à certaines ressources rares et valorisées.  Ainsi, la différence sexuelle biologique n’est pas, en soi, une inégalité. Le fait que certains individus soient, biologiquement, nés avec des yeux verts ou des yeux marron ou du sexe masculin et d'autres du sexe féminin ne devient une inégalité que si, à partir de cette différence biologique, se constitue un accès différencié aux ressources rares qui sont désirées dans une société donnée, comme c'est le cas entre les sexes. Cette dernière inégalité est, du reste, aussi ancienne que les sociétés humaines : dans de nombreuses sociétés, la différence sexuelle a été accompagnée d’une inégalité entre hommes et femmes, se traduisant notamment par un accès privilégié des hommes aux ressources économiques, politiques ou culturelles. A partir d'une différence biologique a donc été construite une inégalité   2 sociale qui est à l'srcine de la première et de la plus durable des hiérarchies sociales. Les inégalités sont donc arbitraires, quoique parfois construites sur des différences objectives, comme la différence biologique de sexe : elles sont le produit contingent de l'histoire sociale. Elles ne sont pas naturelles : leur existence est un phénomène social, qui n'est pas détachable du fonctionnement de l'organisation sociale qui est à leur srcine. Rien n'implique objectivement leur existence, même si, pour les légitimer, les groupes sociaux qui entrent avantage ont souvent recours à des arguments qui postulent une infériorité naturelle des individus désavantagés pour rendre compte de ce désavantage. Les hommes légitiment ainsi leur domination sur une supposée infériorité naturelle, notamment intellectuelle, sur les autres (les« barbares », les femmes, par exemple). Il ne faut donc pas confondre une inégalité avec une différence, fût-elle « naturelle », même si la seconde est invoquée pour légitimer la première, et même si elle a été, historiquement, construite à partir d ’elle . Puisque les sociétés différents aussi l’inégalité dans son sens différents Inégalité et société démocratique :   Les inégalités se fondent sur un fait objectif : l'accès inégal et socialement hiérarchisé entre groupes sociaux à des ressources rares et, pour cela, désirées. Toutefois, les inégalités ont aussi une dimension subjective : elles n'existent vraiment pour la société que si elles sont perçues comme telles par les individus. Elles peuvent évoluer en injustices si les individus considèrent comme injuste l'accès différencié aux ressources rares. C'est ainsi que les inégalités sociales entre les sexes ou les inégalités sociales basées sur la pensée raciste, quasi naturalisées jusque-là, ont progressivement été perçues comme arbitraires, comme n'étant fondée sur aucune raison véritable. Elles ont dès lors été dénoncées comme injustes. Les inégalités « sont aussi un fait subjectif, les acteurs se représentent les inégalités, les perçoivent ou non, les qualifient d'acceptables ou de scandaleuses, leur donnent un sens ». Les sociétés modernes ont, de ce point de vue, un rapport particulier aux inégalités en raison des valeurs sur lesquelles elles sont fondées.  Aspects des inégalités :   Pour Polymnia Zagefka, l’ esclavage est« comme une forme emblématique des inégalités, la négation de toute identité à l’autre » . De manière formelle, on peut distinguer quatre principaux ordres d'inégalités : I. les inégalités politiques   3 II. les inégalités juridiques III. les inégalités économiques Les inégalités sociales Les aspects dynamiques (développement, reproduction, ou réduction des inégalités) peuvent, en outre être prises en compte. Une autre approche sera d'analyser, plutôt que les différentes formes d'inégalités, les différentes populations qui souvent cumuleront avantages ou désavantages sur tous les plans (notion de « population défavorisée » ou de « privilégiés »). Une des difficultés est qu'il existe généralement plusieurs façons recevables de mesurer une situation, et que le sens des inégalités peut s'inverser entre deux systèmes de mesure. L'analyse des différents systèmes de mesure, et le fait qu'on les considère comme recevables ou pas, est l'un des fondements de la  justice sociale : justice distributive, théorie de la justice, etc…   Quelques inégalités : ci sont répertoriés des grands types d'inégalités. Les inégalités de richesse dont l'héritage Les inégalités de revenu et notamment au travail : dans l'accès à l’embauche et éventuellement licenciement, promotion, etc. Les inégalités d'accès à la culture (dont la fracture numérique) Quelques inégalités :   Les inégalités d'accès aux loisirs ;   Les inégalités de santé ;   Les inégalités d'accès au logement ; Dans notre société, des causes fréquentes d'inégalités peuvent être des discriminations ou stigmatisations liées à des préjugés, comme le sexisme ou le racisme, qui tendent à considérer des individus comme dignes de moins d'accès à ces ressources. Inégalité des chances :  À leur naissance, les individus sont placés dans des conditions différentes favorisant plus ou moins leur réussite sociale (différence entre milieu favorisé ou défavorisé, validité ou handicap physique...). L'égalité des chances est un idéal et un paradigme libéral individualiste, qui consisterait à concevoir les individus dans des conditions de départ égales ou équivalentes (avec compensation des inégalités naturelles et inégalités sociales), afin qu'ils aient toutes les chances de réussir et que le seul déterminant soit leur volonté et leur mérite. Cet idéal reste lointain (en supposant même qu'on arrive à un accord sur la situation de référence), mais il est au moins possible de réduire les inégalités de départ les plus criantes (celles pour lesquels il y   4 a consensus), en assurant à tous les enfants un accès le plus élevé possible aux biens critiques (alimentation, soins médicaux, éducation). La reproduction sociale est la situation dans laquelle la position sociale des parents est un facteur déterminant de la position sociale des enfants. La proportion de changement de milieu social d'une génération à une autre (ou, inversement, la forte corrélation entre le statut des enfants et celui des parents) est caractéristique de la société. Même pour une société donnée, selon les auteurs, cette reproduction sociale est très importante ou marginale. Inégalités et répartition des richesses :   La répartition des richesses dans une société est rarement égalitaire. Elle peut donner lieu à des inégalités de revenu et de patrimoine, dont certaines sont socialement admises (par la justice sociale) et d'autres moins. Ce critère de richesse est d'autant plus pertinent pour estimer l'échelle sociale que la société est plus « marchande », mais d'autres aspects comptent voire prédominent : prestige, statut, pouvoir, rang social (appartenance au « parti »), nombre et rang des alliés... La réduction des inégalités, tant au sein des pays que d'un pays à l’ autre, est l'objectif n°10 des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) adoptés en 2015 par l'Assemblée Générale des Nations Unies. Les inégalités économiques :  Dans nos sociétés capitalistes, les inégalités économiques occupent une place centrale dans la hiérarchisation de nos sociétés.  Au sein du « système des Revenus primaires et revenus après taxation et redistribution des ménages en France en euros par an. Les revenus sont classés en déciles : le D1 correspond au seuil en dessous duquel vivent les 10 % des ménages français qui ont le revenu primaire le plus faible (7 200 euros), le D2 à celui sous lequel vivent les 20 % les moins riches, etc .  inégalités », les inégalités économiques sont particulièrement structurantes. Inégalités de revenu :   Revenu primaire et redistribution Les ressources économiques que reçoit un individu au cours d'une période donnée, et qui constituent son revenu, jouent un rôle central dans les inégalités économiques. Ces inégalités se constituent au moment de la distribution primaire des revenus, avant l'action de l'État : revenus d'activité, et en particulier salaires, ainsi que revenus provenant du patrimoine. Ces inégalités sont en partie corrigées par le système de redistribution étatique : les prélèvements obligatoires pèsent surtout sur les plus riches tandis que les prestations sociales bénéficient prioritairement aux plus
Related Search
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks